Nouvelle manifestation à Paris pour réclamer l’abrogation de la loi Immigration


Lecture 3 min.
Manifestation contre la loi Immigration, en France
Manifestation contre la loi Immigration, en France

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans la capitale française, hier samedi, pour réclamer l’abrogation de la loi immigration, promulguée le 27 janvier.

Pourtant, avant sa promulgation, le Conseil Constitutionnel avait retoqué 35 articles du texte, le 26 janvier. La loi avait bénéficié de beaucoup d’ajouts de la droite, lors de son passage au Parlement. Malgré les multiples censures des Sages, la loi fait encore l’objet de vives contestations.

Pour l’abrogation de la loi immigration

Une marche a été organisée à Paris, samedi, à l’appel des coordinations des sans-papiers et de la Marche des solidarités. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour réclamer l’abrogation de la loi immigration. Dénonçant son caractère «xénophobe», les manifestants ont scandé plusieurs slogans hostiles à la loi. «Immigration, Darmanin ne fera pas sa loi», est écrit sur une des pancartes.

« Racisme, colonialisme, fascisme, cette société-là, on n’en veut pas», peut-on encore lire. Le cortège est parti de la place de la République pour rejoindre la place Gambetta. Les manifestants disent se réjouir que le Conseil constitutionnel ait sanctionné un certain nombre de mesures. Toutefois, ils estiment que «c’est l’ensemble de la loi qui nous paraît mauvaise donc on en demande son retrait global».

Plusieurs articles de la loi censurés

Porte-parole de la coordination des sans-papiers, Mariama Sidibe précise à l’AFP : «on demande l’humanité, on demande nos droits, nous sommes des travailleurs, nous sommes des ouvriers, nous ne sommes pas des voyous, ni des terroristes». Le jeudi 25 janvier, les Sages ont supprimé de nombreuses mesures de la loi Immigration adoptée le 19 décembre 2023.

C’est en fin décembre que le Président français, Emmanuel Macron, la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, et des députés et sénateurs de gauche avaient saisi le Conseil constitutionnel pour trancher sur la question de l’immigration. Les Sages avaient censuré la plupart des articles de la loi Immigration, parmi lesquels le durcissement de l’accès aux prestations sociales et au regroupement familial.

Au centre de houleux débats

De même, l’instauration de quotas migratoires fixés par le Parlement a été partiellement censurée. Le durcissement des critères du regroupement familial a été totalement censuré. Idem pour la mesure prolongeant la durée de résidence exigée pour que des non-Européens en situation régulière puissent bénéficier de certaines prestations sociales qui a été totalement censurée. L’instauration de la caution retour pour les étudiants étrangers a aussi été censurée par le Conseil.

Le même sort a été réservé à la loi pour la fin de l’automaticité du droit du sol pour les enfants d’étrangers nés en France. L’article concernant les régularisations de travailleurs sans-papiers dans les métiers en tension a, lui, été validé. La loi sur l’immigration a été au centre de houleux débats, durant l’automne, en France. Elle a même conduit à des démissions au sein du gouvernement français.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter