Nigeria : un camp de déplacés chrétiens à l’heure du Coronavirus

Illustration

Le confinement instauré par le gouvernement nigérian met en lumière la situation des personnes déplacées. Quels sont les moyens dont elles disposent pour se protéger contre le Coronavirus ? La Solidarité Chrétienne leur vient en aide.

De nombreuses composantes de la population nigériane, dont les ouvriers, n’ont plus de revenus à cause du confinement. Le Nigeria a enregistré pour le moment 131 cas de contamination par le virus. Le confinement a donc été instauré pour limiter les risques de propagation dans les villes, notamment à Lagos, Ogun et Abuja. Cependant, si les conséquences d’une propagation de la maladie en milieu urbain ne doivent pas être occultées, il convient aussi de se questionner sur le sort réservé aux déplacés, majoritairement concentrés dans des camps. Pour eux, les répercussions se traduiraient notamment en famine et autres maladies. Le Président Buhari a promis apporter pendant deux mois, une aide constituée d’aliments pour les personnes les plus démunies.

Des conseils adaptés à la situation

Bien que louable, cette mesure pourra difficilement être appliquée dans de nombreux endroits du Nigeria. Dans le camp de déplacés chrétiens Heipag basé dans le district de Barkin Ladi au centre du pays, les responsables sont plutôt sur la réserve. Le camp a en effet été la cible, en 2018, d’une attaque perpétrée par des islamistes qui y ont massacré plus de 200 chrétiens. C’est pour cela que de concert avec des experts externes, les responsables du camp ont organisé un atelier pour sensibiliser les personnes déplacées par rapport à la conduite à observer pour se protéger contre le covid-19.

Les professionnels du « Centre d’émancipation pour les victimes des crises au Nigeria » (ECCVN) ont remis aux participants, un lot composé de savons liquides, masques, désinfectants pour les mains et des distributeurs d’eau. Ils ont également appris comment réaliser des masques improvisés en utilisant les étoffes ou les mouchoirs.