Nigeria : l’armée reprend deux villes à Boko Haram

L’armée nigériane, soutenue par des miliciens, a repris deux petites villes conquises la semaine dernière par les islamistes membres de la secte Boko Haram, dans le nord-est du Nigeria.

L’armée nigériane, soutenue par des miliciens, a repris deux petites villes conquises la semaine dernière par les islamistes membres de la secte Boko Haram, dans le nord-est du Nigeria. Cette opération, violente et sanglante, a constaté la mort d’au moins dix soldats et de plusieurs insurgés.

Les villes de Gombi et Hong, ont été reprises, mardi, par l’armée, soutenue par des miliciens civils et des chasseurs locaux. Ces deux petites villes avaient été conquises, la semaine dernière, par les insurgés dans le nord-est du Nigeria. Selon Phillip James, porte-parole du syndicat des chasseurs de l’Etat d’Adamawa (nord-est), « Gombi et Hong ont été libérées du joug de Boko Haram grâce aux efforts conjoints des soldats et de nos hommes », a joutant que « les Boko Haram sont en fuite mais les soldats et les chasseurs les poursuivent ».

D’après des témoignages, ils étaient des centaines de militaires, et de nombreux miliciens et chasseurs, à avoir lancé, lundi, l’assaut contre la secte dans les deux villes. Ils étaient soutenus par des avions de chasse du gouvernement nigérian. Ce qui avait fini par déclencher de violents combats qui ont fait au moins dix morts dans les rangs de l’armée et un nombre incalculable de victimes chez les islamistes.