Nigeria : Boko Haram a tué plus de 2000 personnes ces six derniers mois

Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch, le groupe terroriste Boko Haram a tué 2053 personnes ces six derniers mois.

Human Rights Watch tire la sonnette d’alarme. Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme, le groupe terroriste a tué 2053 personnes ces six derniers mois au Nigeria. Ces civils ont été tués au cours de 95 attaques de l’insurrection armée. Les meurtres et autres exactions faisaient partis d’une attaque généralisée contre les civils dans plus de 70 villes et villages dans le nord du Nigeria, dans la capitale fédérale, Abuja, et d’ailleurs. Ce sont des crimes contre l’humanité apparents, selon l’ONG.

D’après Human Rights Watch, il y a eu une augmentation spectaculaire au cours de l’année 2014 du nombre de victimes d’attentats à la bombe, dont plusieurs attaques-suicides apparentes. Depuis janvier, au moins 432 personnes auraient été tuées dans 14 explosions dans des marchés bondés, un bordel, un collège technique, et, à deux reprises, des lieux où des personnes regardaient les matchs de football de la dernière Coupe du Monde. Trois de ces attaques étaient à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, deux à Kano, deux à Jos, la capitale de l’Etat du Plateau, et trois à Abuja, la capitale fédérale.

Alors que ces attaques étaient généralement concentrées dans le nord du pays, Boko Haram n’hésite plus à s’en prendre au sud du Nigeria, notamment la capitale Abuja. Selon Corinne Dufka, directeur Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch, Boko Haram est effectivement en guerre contre les gens du nord du Nigeria, et cela a un coût humain énorme. Les atrocités commises dans le cadre d’une attaque généralisée contre les civils sont des crimes contre l’humanité, dont les initiateurs doivent en être tenus responsables.