Nigeria : attentat suicide à Maiduguri, mort d’un soldat

Un soldat nigérian est mort mardi soir à Maiduguri, dans l’Etat de Borno à la suite d’un attentat suicide, a annoncé ce mercredi une source militaire. Les deux kamikazes à l’origine de l’attaque ont également perdu la vie.

Les attentats suicides se multiplient au Nigeria, particulièrement au nord du pays. Une source militaire a annoncé ce mercredi qu’un attentat suicide a tué mardi soir un soldat nigérian à Maiduguri, dans l’Etat de Borno au nord-est du pays. Les auteurs de l’attaque ont également péri. Les deux kamikazes se promenaient près d’un barrage militaire lors du couvre-feu. Des soldats ont voulu les fouiller, c’est à ce moment là qu’ils ont fait exploser la charge qu’ils transportaient. Pour l’heure, l’attaque n’a pas été revendiquée, mais elle porte la marque du groupe terroriste Boko Haram qui sévit dans le pays depuis plusieurs années.

Cette nouvelle attaque intervient seulement quelques heures après qu’un homme se soit fait exploser dans le quartier de Pompomari à Damaturu, dans l’Etat de Yobe. Tôt ce mardi, cinq personnes ont perdu la vie tué par une jeune fille kamikaze dans une gare routière dans la même ville. Pas plus tard que lundi, le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon s’est rendu au Nigeria afin d’évoquer la lutte contre Boko Haram avec le Président Muhammadu Buhari. Ce dernier qui fait de la lutte contre Boko Haram son cheval de bataille a donné trois mois à l’armée pour en finir avec le groupe terroriste qui commet des exactions dans le pays depuis plusieurs années.

Boko Haram est dirigé par Abubakar Shekau réputé pour sa férocité. Au départ, le groupe armé, créé en 2002, ne s’attaquait qu’aux symboles étatiques : bâtiments publics, gendarmeries, commissariats… Mais le visage de l’insurrecion armée s’est peu à peu assombri. Dès 2009, date à laquelle Abubakr Shekau en prend les rênes, Boko Haram se met à commettre des massacres de masses dans les villages, pillant tout sur son passage, poussant des milliers de personnes à se déplacer vers les pays voisins du Nigeria.

Depuis 2009, Boko Haram a fait plus de 15 000 morts et poussé 1,5 million de populations à se déplacer. Actuellement, les troupes du Niger, du Tchad, du Cameroun et du Bénin prêtent main forte à l’armée nigériane pour mettre un terme au groupe armé. Mais ce dernier continue de commettre des attaques meurtrières, défiant toujours le pouvoir au Nigeria. Boko Haram a également prouvé qu’il était capable de combattre sur plusieurs fronts, en commettant des attentats dans la capitale tchadienne N’Djamena, mais également au Niger, ou encore dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Bien que traqué par plusieurs pays, Boko Haram, qui a pour but d’instaurer un califat dans le nord du Nigeria, est loin d’avoir dit son dernier mot. Alors que de nombreux observateurs affirment qu’Abubakar Shekau et ses disciples sont à bout de souffle, tout montre que ces derniers n’ont pas abdiqué.