Nigeria : 8 personnes tuées par Boko Haram dans l’Etat de Borno

Au moins huit personnes ont été abattues par des hommes armés soupçonnés de faire partie du groupe terroriste nigérian Boko Haram.

Au moins huit personnes ont été tuées, dans un village de l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, par des hommes soupçonnés d’appartenir au groupe armé Boko Haram. Selon des témoins, « les hommes armés, que nous pensons faire partie de Boko Haram, sont arrivés dans notre village vers 21 heures, hier (mercredi, ndlr), et ils ont tué huit personnes », soulignant qu’ils ont commencé par se diriger vers la maison du chef du village, qui, par chance, n’était pas là.

Toujours d’après ces témoins, « ils ont tué son fils, puis ils ont attaqué la maison d’un milicien qu(ils ont tué avec ses deux fils. Ils ont aussi tué un autre milicien chez lui. Puis ils se sont rendus dans une maison qui abritait des déplacés de précédentes attaques de Boko Haram et ils ont abattu trois personnes ».

Depuis 2009, Boko Haram multiplie les attaques dans le nord du Nigeria. Le groupe terroriste nigérian a fait ,à ce jour, 15 000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria. Boko Haram est dirigé par Abubakar Shekau, réputé pour sa férocité. Le groupe terroriste, né en 2002, ne s’attaquait au début qu’aux bâtiments publics représentants l’Etat, gendarmeries, commissariats. Puis son visage s’est assombri en 2009 lorsqu’Abubakar Shekau en a pris la direction. Le groupe mène alors des attaques les uns plus sanglantes que les autres. Massacrant des populations en masse et poussant des milliers de personnes à se déplacer dans les pays voisins, Boko Haram continue de répandre le sang de plus belle dans le nord du pays, mais aussi dans les pays voisins du Nigeria : Niger, Cameroun, Tchad.

Le Président Muhammadu Buhari a fait de la lutte contre Boko Haram sa priorité lorsqu’il est arrivé au pouvoir. Il a demandé l’aide des Etats-Unis pour anéantir le groupe, mais Washington a refusé de livrer des armes au Nigeria, invoquant des « violations graves des droits de l’Homme » commises dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, notamment par l’armée nigériane.