Nigeria : 106 otages s’échappent de Boko Haram

Cent six personnes qui auraient échappé à la captivité de Boko Haram se sont retrouvées entre les mains des troupes de la Force opérationnelle interarmée multinationale. Quatre-vingt-quatorze (94) des évadés, qui sont des Nigérians, auraient été remis en liberté aux représentants du gouvernement de l’État de Borno, dirigé par le procureur général et commissaire à la justice, KakaShehu Lawan.

Un communiqué partagé sur les pseudonymes vérifiés des médias sociaux du gouvernement de l’État de Borno a déclaré que la FMM a reçu mardi dernier 106 civils qui se sont échappés des terroristes de Boko Haram. « Les troupes de la FMM ont reçu 106 civils qui se sont échappés des terroristes de Boko Haram et se sont rendus. 94 des évadés étaient des Nigérians, qui ont été remis à une délégation du gouvernement de Borno dans un endroit reculé de la République du Tchad. Sur les 94 Nigérians, il y avait 37 hommes adultes, 17 femmes adultes et 40 enfants. Les 106 évadés comprenaient des Camerounais et des Tchadiens », peut-on lire dans le communiqué.

La publication a déclaré que lors de la remise des 94 personnes au gouvernement de Borno, le commandant de la FMM, le général de division Ibrahim Yusuf, a indiqué qu’il était intéressant que certains des évadés se soient volontairement rendus au quartier général du secteur 1 de la FMM dans l’extrême nord du Cameroun, tandis que les femmes et les enfants ont été secourus. En revanche, Yusuf aurait déclaré que certaines des personnes remises feraient l’objet d’une enquête pour vérifier leurs relations avec les terroristes.

Il faut dire que le Nigeria, à l’instar du Tchad ou encore du Cameroun, mène une guerre sans merci depuis plusieurs années contre ces bandits de grand chemin, sans foi, ni loi… Ils ont souvent l’habitude de s’attaquer à des paisibles citoyens et effectuer des enlèvements massifs, comme celui des lycéennes de Chibok, en avril 2014, qui avait fait couler beaucoup d’encre et de salive. Sur les 276 lycéennes enlevées, 57 parviennent à s’enfuir peu après le raid, 107 sont libérées en 2016 et 2017 après des négociations entre le gouvernement nigérian et Boko Haram.

D’après les autorités, des informations des services de renseignement ont permis de localiser une colonie de Boko Haram dans la région. La décision a été donc prise de bombarder le plus rapidement possible les insurgés. Les terroristes préparaient une attaque selon eux. Attaque stoppée nette… L’opération dénommée Lafiya Dole a été menée dans la région de Borno par des avions et des hélicoptères de combat.