Niger : suspectée de trafic de bébés, l’épouse d’Hama Amadou en liberté provisoire

L’affaire du trafic de bébés au Niger prend une nouvelle tournure. En effet, la femme d’Hama Amadou, soupçonnée d’être impliquée, a été remise provisoirement en liberté.

L’enquête sur le trafic de bébés présumés est entrée, ce mardi, dans une nouvelle phase. Plusieurs prévenus ont été remis provisoirement en liberté. Parmi eux, figurent Hadiza Amadou, l’épouse de l’ancien président de l’Assemblée nationale, emprisonnée depuis le mois de juin.

Une libération provisoire tardive ?

L’épouse d’Hama Amadou a donc regagné son domicile, accueillie par ses proches. Maitre Souley, son avocat, a exprimé sa joie lors de la libération de sa cliente : « Notre joie est immense. Vous voyez très bien comme tout le monde s’est mobilisé pour cette libération ». Cette libération intervient un mois après la demande faite pas Hadiza Amadou.

A l’époque, son avocat jugeait arbitraire la décision de la Cour d’appel. Selon Maitre Souley, sa demande de remise en liberté a été rejetée uniquement du fait de l’entêtement du pouvoir nigérien à l’égard de son époux. La décision de la Cour d’appel de Niamey était incompréhensible pour Maître Souley, l’avocat de Hadiza Amadou. « Pour les mêmes faits, pour les mêmes poursuites, toutes les personnes concernées dans cette affaire ont été mises en liberté provisoire, sauf madame Hama Amadou. C’est tout à fait inadmissible, sur le plan du droit ! », lance l’avocat.

En juin dernier, plus d’une vingtaine de personnes, dont des épouses de personnalités nigériennes, ont été arrêtées au Niger, suite au démantèlement d’un présumé trafic de bébés en provenance du Nigeria. Toutes ont été remises en liberté en attendant le procès fixé au début de l’année 2015. Seul Hama Amadou, suspecté dans cette affaire, n’a pas eu à faire face à la justice, du fait de son exil en France.