Niger : deux prévenus en garde à vue dans l’affaire du trafic de bébés


Lecture 2 min.
arton45028

Le procès de l’affaire du trafic de bébés au Niger s’est à peine ouvert vendredi que le juge a décidé de le reporter au 30 janvier. Souhaitant quitter Niamey, Moussa Haitou et Hadiza Amadou, deux prévenus dans cette affaire ont été interpellés puis placés en garde à vue.

L’affaire du trafic de bébés continue d’agiter le Niger. Après le report du procès, deux suspects dans cette affaire ont tenté de prendre la fuite. En effet, Moussa Haitou, l’ancien directeur de la Sonibank et l’épouse de Hama Amadou ont été arrêtés à Niamey au moment où ils tentaient de quitter la ville.

Prévenus voulant se soustraite à la justice ?

A l’issue du report du procès, les consignes données par le procureur de la République aux prévenus étaient clairs. Ces derniers ne devaient sous aucun prétexte quitter la ville de Niamey. C’est à ce titre que Moussa Haitou et Hadiza Amadou, souhaitant se rendre en province, ont été placés en garde à vue. Présentés au procureur, qui leur reproche d’avoir refusé d’obtempérer à une injonction de l’autorité, Moussa Haitou et Hadiza Amadou pourraient faire l’objet de poursuites.

Une décision incompréhensible pour leurs avocats. En effet, selon ces derniers, les deux prévenus n’ont en aucun cas voulu se soustraire à la justice en se rendant en province, estimant que cette injonction du procureur de la République porte atteinte à la libre circulation des personnes, rapporte RFI. S’étant présentés librement lors de l’ouverture du procès, leurs avocats, insistent sur le fait qu’ils n’ont jamais voulu fuir la justice.

En juin dernier, plus d’une vingtaine de personnes, dont des épouses de personnalités nigériennes, ont été arrêtées au Niger, suite au démantèlement d’un présumé trafic de bébés en provenance du Nigeria.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter