Niger : Boko Haram abat deux soldats

Une embuscades tendue par le groupe terroriste Boko Haram à l’armée nigérienne a fait au moins deux morts et quatre blessés parmi les soldats du Niger.

Selon un communiqué des forces armées nigériennes, ce vendredi 2 octobre 2015, au moins deux soldats nigériens ont été tués et quatre autres blessés lorsque leur patrouille est tombée dans une embuscade tendue par Boko Haram. L’armée du Niger a précisé que ces combattants du groupe terroriste venaient du Nigeria voisin.

L’incident s’est produit, la veille (jeudi 1er octobre 2015), dans la région de Diffa, près de la frontière nigériane, après une attaque contre un village de cette province du sud du Niger, laquelle est placée sous état d’urgence du fait des attaques régulières de Boko Haram. Ces assauts répétés de Boko Haram dans cette région du Niger s’expliquent par le fait que quelque 150 000 Nigérians qui ont fui les violences du groupe terroriste se sont aujourd’hui réfugiés dans la région de Diffa.

Boko Haram est loin d’être essoufflé, comme le prétendent certains observateurs qui annoncent sa mort anticipée. Mieux, le groupe, récemment annoncé affaibli, semble reprendre du poil de la bête. En ce sens qu’il ose à nouveau s’attaquer à des forces armées, ce qu’il n’a pas fait depuis assez longtemps. En effet, le groupe terroriste s’est limité, depuis un moment, à des attentats-suicides et autres attaques contre des civils, dans des villages reculés, des villes non surveillées, des gares routières et autres lieux de rassemblement, notamment dans les mosquées et les églises, au point d’être caricaturé de « lâche » par des observateurs.

En s’attaquant à l’armée nigérienne à qui il a infligé des pertes en vie humaines, le groupe terroriste nigérian prouve encore une fois sa force de frappe et sa grande capacité de nuisance. Ce vendredi, l’armée nigériane a annoncé qu’au moins 14 personnes ont été tuées et 39 autres blessées dans quatre attentats-suicides perpétrés, jeudi soir, à Maiduguri, fief de l’organisation terroriste, dans le nord-est du Nigeria. Au total, sept explosions ont été entendus dans le quartier d’Ajilari, situé près de l’aéroport et d’une base militaire.