Microsoft estime « cruciale » l’utilisation de la technologie contre la pauvreté

Les femmes d’Afrique ont la possibilité de transformer leurs petites entreprises en sociétés plus importantes,
basées sur les technologiques de l’information, a déclaré mardi à Nairobi, Cheikh Modibo Diarra Président de Microsoft pour l’Afrique. Il s’agit pour ce faire, de savoir utiliser de manière novatrice les technologies émergentes.

Le Dr Cheikh Modibo Diarra, président de Microsoft pour l’Afrique, a indiqué que sa compagnie est convaincue que l’Afrique offre de considérables perspectives de croissance aux femmes qui acceptent, par l’utilisation des débouchés existants, de transformer leurs petits commerces en entreprises de plus grande taille.

Il a expliqué que les femmes commerçantes d’Afrique devraient avoir accès aux différentes technologies existantes pour être en mesure de commercialiser leurs produits et négocier afin d’obtenir les meilleurs prix sur les marchés internationaux et, ainsi, permettre à leurs entreprises de se développer.

« La technologie est un instrument puissant qui peut permettre… à tout le continent africain de connaître une très forte croissance économique au cours des prochaines années, mais cela ne sera possible que si nous parvenons à lutter efficacement contre la fracture numérique », a fait observer M. Diarra.

« Microsoft fait de son mieux pour aider la communauté à prendre conscience de ce que nous pouvons lui offrir, nous souhaiterions assister à l’émergence de compagnies locales utilisant les Technologies de l’Information et des Communications (TIC) », a encore affirmé M. Diarra, s’adressant à la presse.

M. Diarra, qui est à Nairobi pour faire une communication devant les participants au sommet sur la responsabilisation de la jeunesse à la création d’emplois dans le cadre d’une industrie des TIC en plein essor, a fait observer que Microsoft adhère aux Objectifs du Millénaire pour le Développement, tout en plaidant pour la coopération avec le secteur privé en vue d’assurer une bonne maîtrise de la technologie.

Le responsable malien, qui a été récemment porté à la tête des opérations du leader mondial des fabricants de logiciels en Afrique, estime que les efforts consentis pour vulgariser les langues locales par le biais des systèmes informatiques a pour finalité de créer un marché des TIC sur le continent africain.

« Nous demandons à la jeunesse africaine de tirer profit des nouveaux programmes que nous sommes en train de lancer dans le but de produire des programmes sur mesure, cela fait partie du travail que nous réalisons pour encourager la création de programmes communautaires », a encore expliqué M. Diarra.