Menaces sur les supporters africains lors du Mondial allemand

Le Conseil de Africains, un collectif de 25 associations antiracistes de Berlin, attire l’attention du gouvernement allemand sur les risques d’actes racistes perpétrés par
les néonazis durant la Coupe du monde de football qui commence le 9 juin en Allemagne.

L’avertissement a été lancé après l’annonce, par les néonazis, d’une grande manifestation le 21 juin à l’occasion du match qui opposera l’Angola à l’Iran, indique lundi le journal allemand « Der Spiegel« , ajoutant que les manifestants ont décidé d’appuyer l’Iran à cause des
prises de position de son président contre Israël.
Les néonazis comptent également multiplier les attaques contre les supporters africains le jour du match.

La presse allemande craint une flambée de violence et d’actes racistes contre les supporters africains à l’occasion de la Coupe du monde de football, à laquelle sont qualifiés le Ghana, la Côte d’Ivoire, l’Angola et le Togo, mais aussi la Tunisie.

Des milliers de supportes africains venant des pays qualifiés sont attendus en Allemagne. Les ambassades du Togo et d’Angola en France, aux Pays-Bas et en Belgique ont remis des billets aux ressortissants de leurs pays qui se rendront en Allemagne en autocars pour soutenir leurs équipes. Les supporters venus des pays voisins de l’Allemagne vont rejoindre ceux qui viendront directement de ces pays.

Eviter les petites villes et l’Allemagne de l’Est

En raison des estrictions sur les visas, les supporteurs africains ne seront pas aussi nombreux que ces pays le souhaitent. L’Allemagne a, en effet, décidé de renforcer les contrôles de visas aux frontières à l’occasion du Mondial dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, mais aussi le trafic de femmes et autres crimes organisés.

Le Conseil des Africains, qui réclame un débat au Parlement sur le racisme à l’occasion du Mondial, a publié une liste des zones à éviter pour les visiteurs africains.

L’association antiraciste appelle ainsi les Noirs à éviter les excursions dans les petites et moyennes villes du Brandebourg (région autour de Berlin). « Les gens de couleur qui se rendraient dans ces régions pourraient ne pas en sortir vivants », a averti un ancien porte-parole du chancelier Schröder.

Certains guides touristiques édités récemment en Allemagne
déconseillent aussi aux hommes de couleur de se rendre dans certains endroits en Allemagne de l’Est où le racisme anti-Noir est le plus virulent, alors que la présence des étrangers n’y est que de 2%.