Méditerranée : plus de 880 passeurs arrêtés en Italie

Depuis le début de l’année 2014, plus de 880 passeurs ont été arrêtés par les autorités italiennes à leur arrivée en Italie, selon un bilan d’un quotidien italien publié mardi.

Selon un bilan du journal catholique italien Avvenire publié ce mardi 11 août 2015, les autorités italiennes ont arrêté près de 880 passeurs illégaux, depuis le début du mois de janvier 2014. Bien que la plupart soient de simples exécutants, ils sont environ 80 à être suspectés d’avoir eu des responsabilités dans l’organisation du transport d’immigrés en bateau depuis les côtés africaines vers l’Italie.

La plupart du temps, l’identification des maîtres d’œuvre d’une embarcation recueillie est rendue facile par la collaboration des passagers qui désignent ceux qui dirigeaient l’embarcation. Ce sont notamment 279 Egyptiens, 182 Tunisiens, 77 Sénégalais, 74 Gambiens, 41 Syriens, 39 Erythréens, 29 Marocains, 24 Nigérians, 22 Libyens qui ont été arrêtés. La grande majorité d’entre eux sont « des hommes peu scrupuleux placés aux commandes avec un téléphone satellitaire et une matraque ».

Près de 270 000 immigrés arrivés en Italie depuis 2014

Ils sont 270 000 immigrés à être arrivés en Italie pendant la même période. Aucune des personnalités les plus recherchées pour leur rôle actif dans l’organisation des transports des immigrés vers l’Europe n’a encore été arrêtée. Néanmoins, ils sont 80 trafiquants parmi les 880 qui auraient eu des responsabilités importantes, notamment un Ethiopien, Ermias Gharmiay, basé en Libye. Sa fortune personnelle estimée à 70 millions de dollars se serait constituée en affrétant des bateaux vers l’Europe. C’est une de ses embarcations qui a coulé, en octobre 2013, au large de Lampedusa provoquant la mort de 366 immigrés. Ces trafiquants sont passibles de peines de prison très sévères en Italie. Un passeur tunisien a été condamné à 18 ans de prison pour homicide involontaire au début du mois de juillet.

Lire sur le sujet: Naufrage d’un bateau en Méditerranée, des centaines de migrants disparus

Après les mesures prises par la Commission européenne pour venir à bout de la crise des migrants, l’Union Européenne a approuvé, lundi dernier, le déblocage de 2,4 milliards d’euros sur six ans pour aider les pays qui font face à l’arrivée massive de migrants sur leurs territoires. La Grèce et l’Italie demeurent les pays les plus affectés par l’arrivée croissante de migrants en Europe.