Mauritanie : quinze personnes condamnées suite aux émeutes

Quinze personnes ont été condamnées suite aux manifestations « anti-recensement » en Mauritanie. Au lendemain des émeutes, 56 personnes dont 13 étrangers avaient été arrêtées. Lundi 10 octobre, quinze personnes ont été libérées et dix condamnées à « trois mois de prison ferme, les sept étrangers à un an de prison avec sursis et à l’expulsion vers leur pays ». Parmi les condamnés, on comptait huit Mauritaniens, cinq Sénégalais, un Malien et un Gambien. Selon les associations, les inculpés n’ont pas participé aux manifestations et ont dû comparaître sans avocat dans une langue qu’ils ne parlaient pas. « Il n’y a pas d’avocats commis d’office au tribunal correctionnel. Ils ont dû se défendre eux-mêmes devant une cour dont ils ne parlent pas la langue » a déclaré un membre d’une association de ressortissants sénégalais. Les Noirs de Mauritanie dénoncent la remise en question de leur nationalité qu’il leur est demandé de prouver par des pièces, souvent impossibles à réunir.