Maroc : Yahya quitte son poste de maire pour s’occuper de Melilla et Ceuta

Le sénateur marocain Yahya Yahya, a démissionné de son poste de maire de Bni Ansar afin de se concentrer sur son principal combat politique : récupérer Melilla et Ceuta, ces deux enclaves espagnoles dans le nord du Maroc, revendiquées par le royaume.

Son combat politique, Yahya Yahya a décidé de le mener corps et âme pour la récupération des enclaves espagnoles situées en territoire marocain, Sebta (Ceuta en espagnol) et Melilla. Le maire de Bni Ansar, province de Nador, a démissionné de son poste pour s’occuper de ce dossier sur lequel le gouvernement marocain n’agit pas, selon lui. Yahya Yahya, par ailleurs sénateur à la deuxième chambre du Parlement marocain, s’interroge sur l’inaction de son pays au moment où l’Espagne a déposé un dossier à l’ONU pour récupérer le Rocher de Gibraltar, contrôlé par la Grande-Bretagne. « Comment est-il possible que l’Espagne présente devant l’ONU un dossier pour récupérer Gribraltar et le Maroc n’en fait pas autant concernant Sebta et Melilla ? », s’interroge-t-il selon le journal El Faro.

En sa qualité de président du Comité pour la libération de Sebta et Melilla (CLSM), Yahya Yahya aurait rencontré à Rabat le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser. Le journal espagnol de Ceuta pointe du doigt un individu qui tente de semer des troubles. Plutôt qu’un fauteur de troubles, Yahya Yahya se décrit comme un nationaliste marocain. Il organise fréquemment des manifestations à Melllia avec pour but d’exaspérer les autorités espagnoles et pousser le Maroc à agir.

Opérations coup de poing

Ce membre du Parti Al Ahd, né à Melilla d’une mère néerlandaise et détenteur par conséquent de la double nationalité (marocaine et espagnole) avait organisé en 2007 une marche à bord d’embarcations à destination de l’Ilot Leïla, afin de dénoncer l’occupation espagnole sur ce territoire.

Incontestablement, Yahya Yahya ne reconnaît pas la souveraineté espagnole sur les présides. Pour preuve, après avoir été arrêté le 26 juin 2008 pour une affaire de tapage nocturne en 2006, il refuse de se présenter devant le juge espagnol.

L’une de ses actions les plus remarquées restera sans doute celle où il a arraché le bras de la célèbre statue Don Pedro de Estopiñán, dit le Conquistador de Melilla, avant de la remettre au ministère marocain de la Culture. Quelques jours auparavant, le 27 octobre 2012, il comparaissait devant le Tribunal de première instance de Nador suite aux altercations survenues à la frontière de Melilla, rappelle le quotidien en ligne Yabiladi. Il est attendu pour comparaître devant un juge au Maroc le 24 septembre prochain pour justifier la dégradation de la statue de Peter Estopiñán.

Le sénateur de 46 ans est un héros national dans sa province du nord comme le montre cette vidéo où il est acclamé en menant ses troupes aux portes de Melilla. El Yahya, le prochain meneur d’une marche verte vers Melilla et Sebta ?