Mali : la situation sécuritaire inquiète Ban Ki-Moon

Malgré l’opération Serval au Mali, la menace liée à Al-Qaïda reste une réalité en Afrique. C’est ce qu’estime le secrétaire général de l’ONU dans un rapport remis au conseil de sécurité. Ban Ki-Moon met également en garde la communauté international contre le manque de préparation de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali.

(De notre correspondant)

La situation sécuritaire au Mali continue de préoccuper Ban Ki Moom, le secrétaire général de l’ONU. Dans un rapport publié dimanche, le patron des Nations-Unies attire l’attention de la communauté internationale sur la menace des groupes armés qui ont occupé le Mali plusieurs mois durant. « Les groupes armés malgré l intervention Serval qui les a beaucoup affaibli ont toujours des réseaux de soutien et des structures de recrutement », note-t-il. En témoigne les attentats suicides et opérations de guérilla menés par les islamistes au Mali et dans des pays voisins comme au Niger fin mai.

L’autre source d’inquiétude pour Ban Ki-Moom est le manque de préparation et d’équipement des soldats la Mission intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) qui prendra en juillet le relais de la force panafricaine (Misma). Ainsi, pour le secrétaire général de l’ONU : « Un gros effort devra être fait pour combler les manques » en équipement et en formation, notamment sur les hélicoptères d’attaque.

La Minusma comprendra à terme 12.600 soldats dont 6.000 venus des pays d’Afrique de l’Ouest déjà sur place au Mali. Sa tâche sera de stabiliser le nord du Mali et d’accompagner la transition politique à Bamako.