Mali : Ançar Dine contesté par les responsables religieux à Kidal

A la demande d’Iyad Ag Ghali, chef d’Ançar Dine, plus de 100 personnalités à Kidal se sont réunies pour discuter du projet du groupe islamiste d’instaurer la charia dans tout le Mali. Un projet que les responsables religieux contestent.

La situation est toujours tendue dans le nord-Mali. Le groupe islamiste Ançar Dine qui contrôle en partie la région est très contesté par la population à Kidal. Les guides religieux et responsables traditionnels aussi ne partagent pas l’idéologie du groupe qui souhaite instaurer la charia et lancer le djihad, rapporte RFI.

Ançar Dine, qui contrôle en partie le nord-Mali, peine à gagner le coeur des habitants. Pour remédier à cela, le groupe a entamé des discussions avec les représentants de la population. Durant trois jours, plus de 100 personnalités, Oulémas, marabouts, société civile, se sont réunies à la demande d’Iyad Ag Ghali, chef d’Ançar Dine, pour discuter du projet du groupe islamiste.

« La Constitution dit que le Mali est un pays laïc »

«Il a invité tout le monde à combattre le monde musulman… et à faire marcher la charia. Mais la plupart des marabouts ont démonté tout ce qu’il a dit à propos du djihad et de la charia… », selon un participant. « La Constitution dit que le Mali est un pays laïc, la voie que prend Ançar Dine n’est pas la bonne voie. Il n’a plus aucune popularité à Kidal », a-t-il ajouté.

Les habitants de Kidal avaient récemment manifesté contre d’Ançar Dine. La manifestation a été réprimée renforçant le ressentiment vis-à-vis du groupe. Mais Iyad Ag Ghali et ses hommes armés continuent néanmoins à faire usage de la force, selon un jeune de la ville. La population n’a aucun répit. « Matin, midi et soir, les patrouilles de la police islamique arrêtent tous ceux qui ne respectent pas les règles de la charia. »