Lutte contre le paludisme : de meilleurs projets pour plus de subventions

Le paludisme dans le monde

Le 25 avril est consacrée journée africaine de lutte contre le paludisme. Le Partenariat « Faire reculer le paludisme » souhaite aider les pays africains à améliorer la qualité des projets de lutte contre cette pandémie qu’ils développent. Son but : parvenir à subventionner de 50 à 80 % d’entre eux.

Dakar, Sénégal

Le Partenariat « Faire reculer le paludisme » (Roll Back Malaria) [[Faire reculer le paludisme est un partenariat mondial établi en 1998 par l’OMS, le PNUD, l’UNICEF et la Banque mondiale. En collaboration avec les gouvernements, d’autres organismes de développement, des ONG et des entreprises privées, il s’efforce de réduire le coût humain et socio-économique du paludisme]] a promis d’arriver à un taux d’approbation de 50% des demandes de subvention faites dans le monde et 80% pour 19 pays africains. L’initiative entre dans le cadre du septième round du financement du Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Le Partenariat, basé à Genève, en a fait l’annonce dans un communiqué de presse rendu public lundi, à la veille de la Journée africaine du paludisme, le 25 avril.

Les représentants des agences onusiennes, des donateurs, de la société civile, des fondations et des pays africains ont mobilisé un montant d’un million de dollars US environ pour financer un programme intensif de soutien susceptible de « faciliter » l’obtention de fonds par un plus grand nombre de pays lors du septième round de financement. Ce programme devrait aussi améliorer leurs résultats et les aider à trouver des financements et des prêts complémentaires provenant  » d’autres sources de financement ».

30% des demandes « de qualité suffisante »

Le Fonds mondial fournit actuellement 64% des crédits consacrés à la lutte contre le paludisme dans le monde, la majeure partie des 36% des financements externes restants étant mis à disposition par la Banque mondiale et l’Initiative du président des Etats-Unis d’Amérique contre le paludisme. Chaque année, un fonds de financement est mis en place et des subventions sont accordées à des pays, sur la base d’une évaluation de la qualité technique des programmes pour lesquels une demande de financement a été introduite.

Le paludisme dans le mondeLe Fonds mondial a approuvé des subventions contre le paludisme d’une valeur totale de 2,6 milliards de dollars US sur les six premiers rounds de financement. Cependant, le communiqué de « Faire reculer le Paludisme » indique qu’au titre du sixième round, approuvé en novembre dernier, seules 30% des demandes de financement ayant pour finalité la lutte contre le paludisme ont été jugées de qualité suffisante pour mériter l’octroi d’un financement.

« Il s’agit de la première étape d’une vaste initiative visant à garantir un financement durable et à renforcer la capacité des pays à atteindre les effets recherchés », a fait valoir le Dr Awa Marie-Coll Seck, directrice exécutive du partenariat FRP. « Le succès appelle le succès. Chacun d’entre nous doit apprendre à mieux gérer les fonds et à parvenir aux résultats escomptés pour obtenir le financement prévu et atteindre les objectifs ambitieux de lutte contre le paludisme durant les trois prochaines années », a encore affirmé l’ancienne ministre sénégalaise de la Santé.

Un enfant meurt du paludisme toutes les 30 secondes

Le paludisme représente la plus grande menace à la vie dans le monde avec plus d’un million de décès enregistrés chaque année, plus de 90% de ces décès intervenant en Afrique au sud du Sahara. Dans de nombreux pays africains, le paludisme est la principale cause de mortalité, avec le décès d’un enfant toutes les 30 secondes, selon le Partenariat. « Les médicaments antipaludiques sont une composante essentielle de la lutte contre le paludisme, à côté des interventions préventives telles que les moustiquaires imprégnées d’insecticide et la pulvérisation domiciliaire à effet rémanent », précise-t-il.

Ajoutant : « l’efficacité des nouveaux médicaments et méthodes de prévention, ainsi que la hausse des financements alloués, permettront d’ici à 2015 de réduire de moitié les décès causés par le paludisme dans le monde ». A ce jour, le Fonds mondial a alloué 650 millions de dollars US, ce qui a permis de distribuer 18 millions de moustiquaires et de traiter 23 millions de cas de paludisme, notamment par les combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (ACT), le traitement le plus efficace de l’heure.

Les efforts conjugués consentis dans le cadre des financements accordés par la Banque mondiale, l’UNICEF, l’Initiative du président US contre le paludisme et d’autres pays donateurs ont produit d’importants résultats dans certaines parties du continent africain, indique le communiqué.

L’importance de l’assistance technique à l’élaboration des projets

« Selon les enseignements tirés du dernier round de financement, l’assistance technique fournie par les partenaires joue un rôle inestimable pour les pays », a constaté le Professeur Michel Kazatchkine, directeur exécutif du Fonds. « Les pays ont le plus souvent réussi à obtenir des subventions lorsque cette assistance technique était disponible. Nous saluons les efforts concertés menés par le Partenariat FRP pour aider les pays à obtenir les ressources dont ils ont besoin pour faire reculer le paludisme ».

Le groupe de travail sur l’harmonisation du Partenariat FRP, présidé par l’UNICEF et la Banque mondiale, s’est lancé dans l’organisation d’un programme intense de formation, notamment par l’organisation de séminaires sur l’élaboration de demandes de financement adressées au Fonds mondial et de rédaction de propositions, un programme mis en œuvre sous la supervision technique de l’Organisation mondiale de la santé.

En outre, plus de 30 consultants ont été recrutés pour collaborer avec 19 pays à la préparation de leurs propositions au Fonds mondial, l’ensemble des partenaires mettant à disposition leur expertise pour faire de telle sorte que les propositions soumises au Fonds, avant la date butoir du 4 juillet fixée pour le round 7, soient de haute qualité, relève encore le communiqué.

 Visiter le site de la Journée afrcaine de lutte contre le paludisme

Droits carte paludisme dans le monde : « Faire reculer le paludisme »

Droits photo : USAID