Les Sénégalais de France ont leur mutuelle

Des immigrés sénégalais ont lancé, en avril dernier, la Mutuelle d’épargne et de crédit des Sénégalais de France. Le principal objectif de la Mecsef est de valoriser au maximum les envois d’argent des expatriés dans leur pays natal, afin qu’ils participent plus efficacement au co-développement.

Optimiser les transferts d’argent pour développer son pays natal. C’est l’objectif que s’est fixé la toute nouvelle Mutuelle d’épargne et de crédit des Sénégalais de France (Mecsef). Dès le mois de septembre, des comptes seront ouverts par les adhérents à la Poste du Sénégal. Comptes sur lesquels des Sénégalais, ou toute autre personne soutenant un projet sénégalais, pourront prétendre à un crédit. De quoi développer le pays de façon efficace et sur le long terme.

La Mecsef est officiellement active depuis le 17 avril dernier. Elle est pour le moment hébergée chez la Fédération des associations franco-africaines de développement (Fafrad), basée dans la région parisienne, mais son siège social est à Dakar. Le comité exécutif est composé de trois corps principaux : les conseils d’administration et de surveillance et le comité de crédit. Ils sont tous composés de cinq membres, élus par les leaders des associations sénégalaises de l’Hexagone.

Sénégalais et Français applaudissent

En France, toutes les formalités concernant les statuts de la mutuelle sont accomplies. Certaines banques frappent déjà à la porte pour nouer un partenariat. Les autorités françaises ne sont pas en reste. « Elles avaient demandé, il y a un peu plus d’un an, que les associations de migrants mettent en place des institutions qui cadrent l’épargne des leurs », explique Khady Sakho Niang, présidente de la Mecsef.

La majorité des Sénégalais de France ne se sont pas fait prier pour adhérer au projet. Albert Mendy, l’un des promoteurs du projet, a expliqué que c’est notamment parce que « les immigrés peinent à obtenir des prêts bancaires dans les pays d’accueil comme les Etats d’origine » qu’« une mutuelle d’épargne et de crédits des immigrés sénégalais en France » a été créée, rapporte Sud online. Par ailleurs, les Sénégalais de l’extérieur envoient régulièrement de l’argent au pays, qui sert principalement à subvenir aux besoins de première nécessité. « Ce type de transfert, dont la masse dépasse de loin l’aide publique au développement, ne leur donne aucune visibilité. Personne ne sait quelles actions concrètes ils font en France ou au Sénégal. Et c’est cela qu’ils veulent changer », poursuit Khady Sakho Niang.

Une « tontine » pour créer et soutenir des emplois

Et cela devrait changer dès que le ministère sénégalais de l’Economie et des Finances aura donné son aval pour l’agrément de cette mutuelle. En effet, c’est à la Poste du Sénégal que les comptes seront ouverts, en attendant l’ouverture d’une prochaine Banque d’épargne populaire, qui est un projet en cours de finalisation par la Poste du Sénégal. Pour être membre, les expatriés devront s’acquitter auprès de la Mecsef de 50 euros de frais d’adhésion, de 50 autres de part sociale et ouvrir un compte d’épargne bloqué sur cinq ans dans un premier temps, à raison de 20 euros par mois. Avec la possibilité d’ouvrir d’autres comptes.

La démarche de la mutuelle respecte la double citoyenneté des adhérents : la sénégalaise et la « franco-sénégalaise ». « Les membres déposeront de l’argent sur un compte de mise à disposition permanente ou temporaire. Si quelqu’un veut faire un projet au Sénégal ou soutenir une initiative sénégalaise en France, ils pourront lui faire un crédit, après l’accord de la Mecsef et une enquête déterminant si le remboursement ne posera pas de problème. C’est un fonctionnement qui se cale en quelque sorte sur celui de la tontine », commente la présidente de la Mecsef. Si l’aval est donné, le demandeur obtiendra la somme nécessaire pour monter son projet. « Dans certains cas, il s’agira peut-être d’initiatives qui créeront ou soutiendront les outils de production et assureront un développement du pays sur le long terme, permettant de s’éloigner de la politique de la main tendue. Ce qui est notre principal objectif », poursuit la présidente, qui précise que les projets de femmes et de jeunes seront certainement privilégiés.

Vers une Banque des Sénégalais de l’extérieur

Certains membres de la mutuelle doivent se rendre à la mi-août au Sénégal pour obtenir l’agrément du ministère des Finances. A leur retour, en septembre, les adhérents pourront ouvrir un compte. La mutuelle, qui compte environ 100 adhérents, est en campagne pour sensibiliser à son action. « Dans chaque ville où nous passons, nous ouvrons une structure pour recueillir les adhésions », souligne Khady Sakho Niang, qui n’exclut pas que, dans le futur, des Africains originaires d’autres pays puissent les rejoindre.

A plus long terme, la Mecsef a pour ambition de créer une Banque des Sénégalais de l’extérieur, sorte de fédération qui regrouperait les autres mutuelles du globe, comme celle des Etats-Unis ou du Canada. « Nous voulons une banque qui puisse financer les projets des Sénégalais de l’extérieur car nous savons quels sont les outils dont nous avons besoin pour nous développer. Ce qui n’est pas le cas des institutions occidentales qui nous imposent leur norme », conclut la présidente de la Mecsef.

Pour contacter la Mecsef:

 Adresse : 17, rue Pali Kao 75020 Paris s/c Fafrad (France)

 Tél : (0033) 01 41 50 31 13 / 01 41 50 16 07 / 01 53 26 76 37 / 06 74 45 48 28

 Email : mecsef@noos.fr