Les Nations unies valident la victoire d’Alassane Ouattara

Alassane Ouattara est le Président élu de la Côte d’Ivoire, selon les Nations unies qui confirment ce vendredi les résultats proclamés par la Commission électorale indépendante (CEI). Le Représentant spécial du secrétaire des Nations unies, Young-Jin Choi, a affirmé que les résultats publiés par le Conseil constitutionnel et qui donnent le président sortant Laurent Gbagbo vainqueur ne sont pas valables. L’Union européenne a également confirmé la validité des résultats annoncés par la CEI.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a félicité ce vendredi Alassane Ouattara pour son élection à la tête de la présidence ivoirienne, quelques heures après que l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) a validé les résultats de la Commission électorale ivoirienne (CEI). « J’appelle au respect du verdict des urnes », a-t-il également indiqué. La CEI l’avait déclaré jeudi vainqueur avec plus de 54% des voix. Le Représentant spécial du secrétaire des Nations unies, Young-Jin Choi a indiqué ce vendredi, sur les antennes de Radio France International que, l’Onuci était arrivée à « la conclusion absolue » qu’Alassane Ouattara avait été élu. Le diplomate a indiqué que tous les procès verbaux, « plus de 20 000 », avaient été scrupuleusement vérifiés pendant trois jours par ses services. Il a rappelé que la mission [[«En outre, le conseil d écide de mettre un terme au mandat du Haut Représentant pour les
élections, décide en conséquence que le Représentant spécial du Secrétaire général en Côte d’Ivoire certifiera que tous les stades du processus électoral fourniront toutes les garanties nécessaires pour la tenue d’élections présidentielle et législatives ouvertes, libres, justes et transparentes, conformément aux normes internationales, et prie le Secrétaire général de prendre toutes les dispositions nécessaires afin que le Représentant spécial dispose d’une cellule d’appui lui fournissant toute l’assistance requise pour pouvoir s’acquitter de cette mission». Source : Onuci]] de l’Onuci était de « certifier » et de « vérifier » le second tour de la présidentielle qui a opposé le président sortant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, le chef du Rassemblement des républicains et candidat du Rassemblement de houphouétistes pour la paix (RHDP). Par conséquent, son avis s’imposait à toutes les parties ivoiriennes.

L’Union africaine « préoccupée »

Young-Jin Choi a également souligné que les résultats délivrés ce vendredi par le Conseil constitutionnel, qui a proclamé Laurent Gbagbo président avec 51,45% des suffrages, ne reposent pas sur « les faits ». « On ne peut pas (les) démentir les faits », a-t-il affirmé tout en indiquant que le régime de Gbagbo ne devait pas « sous-estimer » les mesures que peuvent prendre le Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro, secrétaire général de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) avait indiqué, quelques heures plus tôt, qu’il attendait la certification des Nations unies. Après la déclaration de Young-Jin Choi, Guillaume Soro s’est exprimé pour contester la réélection de Laurent Gbagbo.

Quant au nouveau président ivoirien désigné par la CEI et les Nations unies, Alassane Ouattara, il a déclaré ce vendredi : « Je suis le président élu de la République de Côte d’Ivoire ». L’Union africaine a exprimé sa préoccupation quant à la situation en Côte d’Ivoire, un pays qui se retrouve avec « deux présidents », comme le constatent ce soir les Ivoiriens.

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE), Catherine Ashton, a reconnu vendredi soir, après la déclaration de Young-Jin Choi, la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle en Côte d’Ivoire. « Je félicite M. Ouattara pour sa victoire », a-t-elle déclaré, avant d’indiquer que l’UE « appelle toutes les parties au processus électoral à respecter la volonté du peuple » et à « accepter les résultats, tels que certifiés par le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies ». Les Etats-Unis, hier, l’ONU et l’Europe aujourd’hui, la communauté internationale a choisi Ouattara.