« Les Frissons de Safya » : pour que les femmes noires « se reconnaissent » aussi dans un roman à l’eau de rose


Lecture 4 min.
Les frissons de Safya
Les frissons de Safya

Eleonore Lawson a choisi de s’essayer à la littérature romantique, il y a quelques années. « Les Frissons de Safya », le titre de son livre auto-édité et publié en France où elle vit, est l’expression d’une démarche dont la légèreté n’est qu’apparente.

Entretien

L’héroïne de votre roman, Safya, est une jeune femme d’origine ivoirienne, installée en France et épanouie dans sa vie professionnelle. Vous nous emmenez dans les méandres de sa vie amoureuse. Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans la littérature à l’eau de rose ? 

Eleonore LawsonJ’ai vécu au Togo jusqu’à l’âge de 13-14 ans et il y a une période où je lisais beaucoup de Harlequin (marque française bien connue pour ses romans à l’eau de rose). Je ne me reconnaissais jamais dans les personnages, mais évidemment on allait jusqu’au bout de l’histoire parce ce que c’était facile à lire. A cette époque, j’aurais bien aimé avoir des héros qui me ressemblaient un peu. C’est quelque chose qui m’a manqué.

Par ailleurs,  les relations amoureuses, pour beaucoup de femmes de la diaspora africaine, de femmes noires, restent complexes. A ce titre, c’est un sujet en soi. Aux États-Unis, une forte proportion d’Afro-Américaines est célibataire. C’est aussi le cas, ici, en France, même si les chiffres sont rares. Et quand les femmes noires sont en couple, notamment avec des Occidentaux – des hommes blancs -, elles se demandent souvent si on les aime pour elles-mêmes ou si ce n’est pas leur « exotisme » qui attire. Même quand elles sortent avec des Noirs comme elles, nombreux les préfèrent avec des perruques aux cheveux longs au lieu de leurs cheveux crépus… Bref, dans tous les cas, ça reste compliqué pour de multiples raisons.

Tout cela m’a poussée à écrire un roman d’amour où des jeunes filles et des femmes noires peuvent se reconnaître. Ces dernières sont relativement  invisibles dans la société française. En somme, j’avais envie, qu’une nièce, une amie ou une connaissance puisse entrer dans une librairie et trouver un livre comme le mien, qui apporte un peu de légèreté, facile à lire, qui fait rêver et dans lequel elle peut se retrouver. C’était ça l’objectif du livre.

Est-ce que c’est facile de se mettre à l’écriture ? 

Écrire a toujours été mon rêve ! J’avais un blog qui est devenu un site où j’écrivais déjà beaucoup. Je suis une autodidacte. Je lis beaucoup et j’ai suivi de petites formations d’écriture.  C’est une passion et comme j’avais en tête ce livre depuis longtemps, il a été écrit en cinq mois.

Il se déroule dans un univers que vous connaissez bien, celui de l’audiovisuel. Comment est née votre héroïne ? Safya est-elle un peu inspirée de vous ? 

J’ai choisi de raconter des histoires qui me sont arrivées ou vécues par des proches. Tout comme d’inscrire mon récit dans un milieu professionnel que je connais bien et que j’aime beaucoup. Cela fait vingt ans que j’y évolue. Le livre n’est pas autobiographique, mais la vie de mon héroïne s’inspire beaucoup de mon expérience personnelle. Beaucoup d’écrivains utilisent et s’appuient sur leur vécu.

Avant que le racisme ne refasse la Une des journaux en 2020 avec l’affaire George Floyd qui a fait écho à celle d’Adama Traoré en France, vous avez évoqué, avant l’heure un tabou, que l’on a un peu découvert avec l’affaire Rokia Traoré (bataille juridique autour de la garde d’un enfant dans un couple mixte). A savoir le racisme dans un couple interracial… 

C’est ce que j’expliquais tantôt : ayant moi-même vécu une relation interraciale, j’ai constaté que beaucoup de femmes noires, dans la même situation que moi, se sont rendu compte qu’elles n’étaient pas aimées par leur conjoint blanc pour ce qu’elles étaient vraiment, mais pour le fantasme qu’elles constituaient.

Nombreuses dans mon entourage se sont aperçues que dès qu’il y avait un petit souci avec leur partenaire, des réflexions blessantes frisant le racisme fusaient, comme parfois lors des rencontres avec sa famille. Finalement, vous finissez par réaliser que l’homme que vous aimez et qui est censé vous aimer en retour est tout simplement raciste. On a bien évidemment du mal à l’admettre. C’est un sujet tabou : on a un peu honte d’avouer qu’on vit avec ce type de personne qui objectera, quand vous lui ferez la remarque, que vous jouez la victime.

Y a-t- il un deuxième livre en préparation ? 

J’y pense. Je vais le faire surtout qu’on me le réclame. J’ai envie de continuer, mais je ferai tout pour trouver un éditeur. Il y a beaucoup de gens qui n’aiment pas le mode de distribution qu’est l’autoédition. Bien que ça soit compliqué de trouver une maison d’édition, je ne ménagerai pas mes efforts d’autant que les lectrices me disent qu’elles auraient aimé lire mon livre quand elles étaient adolescentes.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter