Les Etats-Unis reprennent la coopération militaire avec l’Egypte

Les Etats-Unis ont décidé de reprendre la coopération militaire avec l’Egypte. Les livraisons d’armes vont donc recommencer dans « l’intérêt » américain, a annoncé un responsable politique, ce mardi.

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a annoncé que son pays a repris sa coopération militaire avec l’Egypte, selon un communiqué du Pentagone, diffusé ce mardi. La décision a été prise à l’issue d’un entretien téléphonique, ce lundi, avec son homologue égyptien, le général Sedki Sobhi.

Pour la plus grande puissance mondiale, l’Egypte maintient « sa relation stratégique » avec ce pays et respecte ses obligations par rapport au traité de paix avec Israël, selon ce communiqué du porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby. Chuck Hagel a pourtant indiqué à son homologue égyptien que son pays n’était « pas encore en mesure de certifier que l’Egypte prenait des mesures de soutien à une transition démocratique », indique le communiqué, d’après l’AFP.

« Dans l’intérêt national » des Etats-Unis

Les Etats-Unis ont clairement fait passer leurs intérêts stratégiques avant une quelconque volonté d’influer sur le processus démocratique de ce pays arabe. Pourtant, Washington critique régulièrement le pouvoir égyptien pour la lenteur de la mise en œuvre de la transition démocratique et pour son non-respect des droits de l’Homme si cher au pays de l’Oncle Sam.

La livraison des chars Abrams, des chasseurs F-16 et des missiles anti-navire Harpoon est toujours gelée, indique le porte-parole du Pentagone, Steven Warren. Les hélicoptères Apache vont en revanche être livrés, selon lui, « dans l’intérêt national » des Etats-Unis car l’Egypte pourra ainsi poursuivre ses opérations antiterroristes dans le Sinaï.

Selon la porte-parole du département d’Etat, Jennifer Psaki, qui s’est exprimé mercredi, le Congrès va normalement débloquer 650 millions de dollars pour l’Egypte, sur demande de l’exécutif américain. Près de 1,5 milliard d’aide à ce pays, essentiellement militaire, ont été prévue pour l’année 2014.

Ces aides à l’Egypte ont été « recalibrées » par le gouvernement américain, en octobre dernier, après la répression dont les partisans de l’ex-Président Mohamed Morsi avaient été victimes. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmy, se rendait, ce mercredi, à Washington pour rencontrer des responsables américains. Il va y rencontrer aussi le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.