Les chiens utilisent une sorte de boussole interne pour s’orienter

Après avoir étudié la façon dont ils faisaient leurs besoins, des chercheurs allemands et tchèques ont conclu que les canidés possèdent une sensibilité particulière aux champs magnétiques. Ce qui leur permet de s’orienter plus facilement.

Les chercheurs de l’Université de Duisbourg-Essen (nord-ouest de l’Allemagne) et de l’Université d’études agricoles de Prague ont découvert que lorsqu’ils urinent ou défèquent, les canidés ont tendance à s’arrêter le long d’un axe nord-sud, à condition que le champ magnétique terrestre soit stable à cet instant précis. Les scientifiques ont étudié 7 000 données relevées par les propriétaires de 70 chiens de différentes races.

Du petit Yorkshire au gros Saint Bernard, l’équipe a passé au crible les quelque 7.000 données relevées par les propriétaires de 70 chiens de différentes races, a déclaré à l’AFP Sabine Begall de l’Université de Duisbourg-Essen, par ailleurs membre de l’équipe de chercheurs qui poursuit en révélant qu’ils ont « découvert que les chiens s’arrêtent le long d’un axe nord-sud, un peu plus quand ils défèquent que quand ils urinent, mais seulement si le champ magnétique est stable ».

Pour cette étude, publiée récemment par le journal anglophone en ligne Frontiers in Zoology, l’équipe de dix chercheurs a chargé 37 propriétaires de chiens équipés de boussoles d’observer le comportement de leurs animaux domestiques au moment de leurs besoins. Cette découverte met en exergue la capacité des chiens, dotés déjà d’un odorat et d’une ouïe performants, à ressentir les champs magnétiques.

« Il a été souvent rapporté que des chiens parcourent plusieurs centaines de kilomètres pour retrouver le chemin de leur domicile. Et l’explication à cela, c’est qu’ils utilisent pour s’orienter le champ magnétique terrestre », a dit Mme Begall. Ce qui confirme la thèse du défunt Docteur Toffa Kodjio, un chirurgien dentiste d’origine togolaise et qui officiait au Sénégal, qui témoignait d’un chien perdu par son propriétaire à Saint-Louis, et qui a parcouru 296 km pour retrouver son maître à Dakar, la capitale sénégalaise.