Le tourisme mondial perd 320 milliards de dollars en cinq mois !

L’industrie mondiale du tourisme a été dévastée par la pandémie du Covid-19, avec une perte de 320 milliards de dollars d’exportations au cours des cinq premiers mois de l’année 2020 et plus de 120 millions d’emplois menacés, a déclaré le chef des Nations Unies (ONU).

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré, dans un exposé politique et un discours vidéo, que le tourisme était le troisième secteur d’exportation de l’économie mondiale, derrière les carburants et les produits chimiques, et en 2019, il représentait 7% du commerce mondial. « Il emploie une personne sur 10 sur terre et fournit des moyens de subsistance à des centaines de millions d’autres », a-t-il déclaré. En plus de stimuler les économies, « cela permet aux gens de découvrir certaines des richesses culturelles et naturelles du monde et rapproche les gens les uns des autres, mettant en évidence notre humanité commune », a-t-il fait savoir.

Mais, le chef de l’ONU a déclaré qu’au cours des cinq premiers mois de 2020, en raison de la pandémie du Covid-19, les arrivées de touristes internationaux ont diminué de plus de moitié et les revenus ont chuté inéluctablement. Sandra Carvao, chef de l’information commerciale et de la compétitivité de l’Organisation mondiale du Tourisme de l’ONU, a déclaré que les 320 milliards de dollars d’exportations perdues, de janvier à mai, sont trois fois, ce qui a été perdu au cours de l’année 2009, au plus fort de la dernière crise financière mondiale.

Guterres a déclaré que cela a été un « choc majeur » pour les pays développés plus riches « mais pour les pays en voie de développement, c’est une urgence, en particulier pour de nombreux petits États insulaires en développement et les pays africains ». Le tourisme pour certains de ces pays représente plus de 20% de leur PIB, a-t-il expliqué. Et selon la note d’orientation, « les recettes d’exportation du tourisme pourraient chuter de 910 milliards de dollars à 1,2 milliard de dollars en 2020 » et cela « pourrait réduire le PIB mondial de 1,5% à 2,8% ».

Outre les emplois touristiques menacés, le document d’orientation indique que les emplois dans les secteurs associés, y compris la restauration, qui fournissent des emplois à 144 millions de travailleurs dans le monde, sont également menacés. Il a souligné que les petites entreprises « sont particulièrement vulnérables ». Toujours selon M. Guterres, le tourisme « est également un pilier indispensable pour la conservation du patrimoine naturel et culturel ».

D’après la note d’information, quelque 7% du tourisme mondial est lié à la faune, « un segment en croissance de 3% par an ». « La baisse des revenus a conduit à une augmentation du braconnage et à la destruction d’habitats dans et autour des aires protégées », a déclaré le secrétaire général, « et la fermeture de nombreux sites du patrimoine mondial a privé les communautés de moyens de subsistance vitaux ».