Le tourisme marocain sort du tunnel

L’année 1999 a enregistré une croissance record, de 37 %, des investissements dans le secteur du tourisme marocain. Sortirait-il de la crise ?

Le secteur du tourisme marocain a connu entre 1998 et 1999 une croissance record de ses investissements, annonce l’Agence de presse du Maghreb (MAP). Leur total est passé, en un an, de 671 millions de dinars, soit 61 millions de dollars, à 490 millions de dinars, soit 44, 5 millions de dollars.

Ce pays, qui depuis dix ans souffre d’une stagnation de ce secteur, sort petit à petit de cette crise. Les raisons en sont multiples. La responsable de la communication de l’Office du tourisme marocain à Paris, Mme Bouabid, nous confie que  » depuis 1997, la conjoncture est excellente « . Elle se dit positive en ce qui concerne ce secteur qui profite d’une bonne croissance, et du bénéfice de  » l’année du Maroc, qui a amené, en 1999, de nombreux touristes « .

Week-end prolongé au Maroc

D’autre part, elle annonce des chiffres tout à fait encourageant pour l’année 2000. Durant les sept premiers mois de l’année, plus de 530 000 Français se sont rendus sur le territoire marocain.

Mme Bouabid estime que  » le Maroc est une bonne réponse aux désirs des touristes français « . En outre, elle note que cette destination peu lointaine et francophone correspond au nouveau comportement des Français, lié notamment aux trente cinq heures. Ces derniers partent plus souvent, bien que moins longtemps, pour des week-end prolongés par exemple, vers des destinations dépaysantes mais proches.

Cependant, bien que la demande soit importante et que la situation semble clémente, le problème qui reste en suspens est la poursuite de la croissance. Le gouvernement marocain peut, dans cette conjoncture favorable, injecter suffisamment de fonds dans ce secteur encore fragile. Une rechute économique risquerait de le replonger dans une crise fâcheuse.