Le Togolais dans l’opposition

L’actualité togolaise en ligne s’enrichit d’un titre percutant. Le Togolais.com fonce, balayant l’information officielle. Il est dans l’opposition et ne s’en cache pas. Avec une interface agréable, il est facile d’accès mais demeure mystérieux. A la rubrique  » Qui sommes nous « , le site évite toute réponse.

Tout, tout sauf Eyadéma. Et tous contre lui. C’est la ligne de conduite du journal en ligne Le Togolais.com. Dès la page d’ouverture, le lecteur sait à quoi s’attendre. Le journal est viscéralement contre l’homme fort de Lomé. Sous la photo de Gnassingbé Eyadéma, une phrase lapidaire :  » le fléau togolais « . Les articles proviennent souvent des agences de presse et de quelques titres africains. En Une cette semaine, l’interview-fleuve de l’ancien Premier ministre réalisée par Jean Baptiste Placca pour L’Autre Afrique. L’unique article signé est celui de l’interview de Gilchrist Olympio, président de l’Union des Forces de Changement et fils de l’ancien président, Sylvanus Olympio, assassiné en 1963.

Rédaction mystérieuse

L’ensemble est cohérent mais l’absence de réponse à la rubrique, traditionnelle dans tous les sites Internet,  » Qui sommes-nous ?  » affaiblit beaucoup la fiabilité du contenu. Contactée par mail, seul moyen de communiquer avec Le Togolais, la rédaction ne nous a pas répondu. C’est d’autant plus dommage que le site est très bien fait et que les informations factuelles ne sont pas des diatribes ou de la propagande.

Le nouveau venu risque de devenir très vite le média de référence à Lomé. Car Le Togolais apporte un vent de fraîcheur et d’impertinence dans le paysage médiatique togolais. Agréable, sobre et esthétiquement fort plaisant, il est très facile d’accès. L’unique problème est son anonymat. Le lecteur (l’internaute) est torturé par cette question lancinante. Qui est (sont) Le Togolais. L’anonymat ne rime pas avec information. On attend la réponse.

Visiter le site.