Le Togo, roi de la petite reine

C’est un Togolais qui a remporté le 13ème Tour cycliste international du Togo, dimanche dernier. Retour sur ce sacre togolais et les problèmes d’argent qui ont entaché le départ de la compétition.

Du 28 au 31 mars dernier, 29 coureurs ont pédalé dur pour remporter le trophée du 13ème Tour du Togo. A l’arrivée, c’est le Togolais Didier Agbéfou qui a été sacré vainqueur. Le président de la Fédération togolaise de cyclisme, Augustin Akakpo, revient sur la manifestation.

Afrik : Ce 13ème Tour du Togo a failli ne pas partir ?

Augustin Akakpo : Dix coureurs togolais sur dix-huit ont pris le départ du Tour jeudi dernier. Les cyclistes togolais avaient demandé 50 000 F cfa pour courir. Comme la Fédération n’a pas beaucoup d’argent, nous nous sommes mis d’accord pour leur donner 30 000 F cfa. Mais le jour du départ, certains ont brisé cet accord en demandant 20 000 F cfa de plus. C’est un chantage auquel nous n’avons pas cédé.

Afrik : Le Togo a dominé l’ensemble de la compétition…

Augustin Akakpo : Aux côtés de l’équipe togolaise participaient six Béninois, cinq Burkinabè et huit Ghanéens mais les Togolais ont en effet remporté trois étapes sur quatre. Seul un Ghanéen a été vainqueur de la troisième étape. Nos coureurs étaient bien entraînés et préparés. De fait, le Tour s’est très bien passé et nous pouvons fêter la victoire comme il se doit.

Afrik : La population a-t-elle suivi l’événement ?

Augustin Akakpo : Bien sûr. Le cyclisme est un sport qui va vers la population et à chaque étape, la foule se pressait pour voir le départ et l’arrivée des coureurs. Je dois dire que lors du retour à Lomé, il y avait presque trop de monde ! !

Afrik : Le cyclisme a donc une place dans le coeur des Togolais ?

Augustin Akakpo : C’est un sport qui devient plus populaire d’année en année. La jeunesse s’y intéresse de plus en plus. Nous avons quatre clubs à Lomé et six à l’intérieur du pays. Malheureusement, ces derniers n’ont pas pu participer au Tour de cette année à cause de problèmes de vélos et de pièces de rechange. Toujours est-il que j’ai signé en 2001 quarante-six licences. C’est la première fois que j’en délivre autant !