Le Président angolais Dos Santos courtisé par la France

La France s’intéresse de plus en plus à l’Angola, deuxième producteur de pétrole en Afrique. A tel point que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en visite dans l’ex-colonie portugaise jeudi, a annoncé que le dirigeant angolais était attendu à l’Elysée.

La France a des vues sur l’Angola, ex-colonie portugaise. Il faut dire que le pays, deuxième producteur de pétrole d’Afrique, a connu une ascension économique exceptionnelle ces dernières années, grâce à l’or noir. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en visite dans le pays jeudi, accompagné de représentants d’une quinzaine d’entreprises françaises dont Air France, Airbus, Alstom et BNP Paribas, a annoncé que le Président Eduardo Dos Santos, au pouvoir depuis près de 33 ans, était attendu à l’Elysée en 2014.

Querelles du passé aux oubliettes

« Le Président dos Santos a précisé qu’il se rendrait avec plaisir en France et nous l’attendons je l’espère l’année prochaine », a déclaré le chef de la diplomatie française, à l’issue d’un entretien avec José Eduardo Dos Santos. Paris avait au départ convié le Président angolais au sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, prévu les 6 et 7 décembre. Une invitation déclinée par le chef d’Etat qui devrait y être représenté par son ministre des Relations Extérieures.

Une première tentative qui n’a pas découragé Paris qui compte bien améliorer ses relations avec l’Angola, surtout économiques. « Il y a eu des incompréhensions ou tels ou tels problèmes. Aujourd’hui, tous ces problèmes sont derrière nous », a expliqué Laurent Fabius. « Le souhait de la France est de passer à une nouvelle étape et j’ai le sentiment que le Président Dos Santos partage cette volonté », selon le chef de la diplomatie française.