Le Petit pagne rouge

Les enfants de l’école primaire de Brazey-en-Plaine (France) ont adapté le célèbre conte du Petit chaperon rouge pour en faire une version africaine relayée sur le Net. Expérience originale, Le Petit pagne rouge est un remarquable travail pédagogique illustré qui devrait faire figure d’exemple.

Le Petit chaperon rouge version africaine. Des élèves de CP (cours préparatoire) de l’école primaire de Crazey-en Plaine (Côte d’Or, France) ont revisité le conte de frères Grimm pour l’adapter au continent africain. Publié sur Internet, le travail des enfants est une véritable œuvre pédagogique où le texte reste indissociable des illustrations élaborées par leur soin.

« Tout comme la forêt chez nous, la savane est très dangereuse pour les petites filles en rouge, même si là-bas, il n’y a pas de loup…. » Qu’à cela ne tienne, le loup est remplacé par un lion. Tout aussi rusé. Mais l’adaptation ne s’arrête pas là. Si l’héroïne du conte allemand n’avait pas de prénom, elle s’appelle ici Fatoumata. Surnommée Petit pagne rouge « car elle portait toujours un pagne rouge que lui avait offert sa grand-mère ».

Illustrations uniques

Le résultat que l’on peut apprécier en ligne est le fruit d’un travail pédagogique de fond. L’histoire et les dessins (sans les couleurs) ont été réalisés en commun avec les 23 élèves de la classe. Chaque enfant avait le loisir de mettre en couleurs les dessins avec la technique de son choix, crayon de couleur, gouache, feutre, collage. Chaque album est donc unique. Le site ne reprend pas le travail de chacun, mais pioche dans l’ensemble des dessins pour construire l’histoire en ligne.

Les érudits ne manqueront pas de nous rappeler que ce n’est pas aux frères Grimm que l’on doit le Petit chaperon rouge mais au Français Charles Perrault. Le fait est que la fin du Petit pagne rouge se rapproche plus du conte allemand où un chasseur, en l’occurrence ici un guerrier masaï, libère à la fin de l’histoire la grand-mère et la fillette avalées par le loup. Alors que Charles Perrault se garde, en revanche, de ressusciter les personnages.

Expliquer l’Afrique

Les dessins hauts en couleurs de cette classe de CP abordent l’Afrique avec justesse.Une Afrique chaude et colorée.Si l’on peut regretter l’absence de la morale finale, il faut saluer le perfectionnisme pédagogique du Petit pagne rouge. Tous les mots employés dans le déroulement de l’histoire, le foufou, la mangue, le pagne, la calebasse, la sagaie, les Masaïs ou encore le baobab sont expliqués à la suite du conte. Une page spéciale est dédiée au lion et l’on apprend même comment fabriquer une tête du roi des animaux en papier.

Autre bonne initiative, le webmestre du site, qui n’est autre que le directeur de l’école, a décidé de mettre en ligne les dessins à colorier ayant servi aux élèves. Disponibles en téléchargement, tous les maîtres et les maîtresses du monde peuvent se servir du support pour développer le même type de projet dans leur classe. En cela, le Net s’inscrit comme un important vecteur de communication et de partage. Cette même idée de partage que véhicule le Petit pagne rouge.

Le Petit chaperon rouge :

Version les Frères Grimm

Version Charles Perrault