Le Nigeria malade de son or

Prendre l’or et rejeter le plomb dans l’eau. Une mauvaise habitude des orpailleurs qui a déjà entraîné la mort d’au moins 163 personnes. Le bilan de la contamination pourrait s’alourdir.

Ils seront morts dans un avenir proche. C’est la tragique hypothèse de Richard Fuller, de l’Institut Blacksmith, concernant des centaines d’enfants. Depuis le mois de mars, au moins 163 Nigérians ont perdu la vie en raison de l’exploitation sauvage de mines d’or. Les hôpitaux de l’Etat de Zamfara, dans le Nord-Ouest du pays, ont déclaré plusieurs centaines de cas d’empoisonnement d’habitants venant de cinq villages des districts d’Anka et Bungudu.

Pour séparer les paillettes d’or de la boue, les orpailleurs utilisent du plomb. Ces derniers temps, ils l’ont ensuite rejeté dans les rivières qui alimentent les populations en eau. Les enfants mouraient les uns après les autres. Du paludisme, pensaient les villageois. Jusqu’à ce qu’on analyse leur sang lors du programme annuel de vaccination. Si le porte-parole de l’Etat de Zamfara a commencé par nier la vague d’empoisonnements, les autorités nigérianes cherchent dorénavant à la stopper. Le temps presse : de nombreux habitants sont contaminés, sols et cours d’eau regorgent de plomb et lors de la saison des pluies qui arrive, la pollution pourrait s’étendre à d’autres régions de l’Etat.

L’Etat se lance dans la décontamination

« Les malades sont actuellement soignés et les travaux de décontamination sont en cours dans les zones sinistrées », a affirmé lundi le ministre nigérian de la Santé, Suleiman Bello. Le gouvernement de l’État du Zamfara a débloqué 1,6 million de dollars pour faire face à ce problème de santé public. La terre contaminée va être remplacée par de la terre saine, et le sol des habitations sera cimenté. Sa’adu Idris, responsable de la santé publique de l’Etat de Zamfara a déclaré à la BBC que les zones concernées seraient décontaminées dans les quatre semaines à venir.

L’Organisation mondiale de la santé, le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies, la société de consultants new-yorkaise Blacksmith Institute et la branche hollandaise de Médecins sans frontières sont venus prêter main forte au gouvernement.