Le Gabon veut réduire le taux de mortalité infantile

Les pédiatres du Gabon sont réunis du 8 au 10 décembre, à Libreville, dans le cadre du cinquième congrès de la société gabonaise de pédiatrie, organisés sur le thème de « la santé de l’enfant africain, des indépendances à nos jours ». Ils ont tenté, pendant trois jours, de trouver des solutions permettant de réduire le taux de mortalité infantile au Gabon. Le rapport général de cette rencontre visant à actualiser et à élever le niveau de connaissance et de pratique de ses membres est attendu en fin d’après-midi.

De notre correspondant au Gabon

Les spécialistes de la santé de l’enfant planchent au cours de ce cinquième Congrès de la société gabonaise de pédiatrie sur des thèmes liés entre autres aux facteurs associés à la mortalité du prématuré au CHU de Brazzaville, aux facteurs de mortalité néonatale dans l’unité de néonatalogie de la maternité Joséphine Bongo et aux soins essentiels du nouveau-né.

D’autres thèmes, notamment la prise en charge des enfants infectés par le VIH au Burkina Faso, l’alimentation de l’enfant diabétique à Libreville, la fièvre de l’enfant, la prise en charge de la crise d’asthme aux urgences de l’hôpital pédiatrique d’Owendo et l’infection urinaire de l’enfant ont été abordés au cours de ce rendez-vous du donner et du recevoir. Il est prévu également le renouvellement du bureau de la société gabonaise de pédiatrie. Plusieurs délégations étrangères représentant le Congo, la RDC, le Cameroun, le Burkina Faso, le Togo, le Benin et la France prennent part à cette rencontre.

La mortalité des enfants de moins de 5 ans est très élevée au Gabon. Des chiffres officiels évoquent plusieurs milliers de morts par an et 90¨% de ces décès sont causés principalement par le paludisme, la rougeole, la diarrhée et le VIH. L’objectif du Gabon est de renverser considérablement cette tendance d’ici 2015 à travers la promotion de la santé de l’enfant et la lutte contre la pauvreté et la malnutrition qui sont quelques une des causes de la mortalité des enfants.