Le Fima 2009 est sur la Toile

La 7e édition du Festival international de la mode africaine (Fima) se tiendra du 25 au 1er octobre prochain. Le site de l’évènement vient d’être mis en ligne pour donner un avant-goût de la grand-messe de la mode africaine.

Quelles surprises réservent la septième édition du Festival international de la mode africaine (Fima) ? Réponse sur le tout nouveau site de cette rencontre incontournable de la mode africaine. En attendant d’admirer leurs créations du 25 octobre au 1er novembre à Niamey, il est déjà possible de faire connaissance avec les stylistes qui participeront à la rencontre. Le grand styliste africain Alphadi, président-fondateur du festival n’étant plus à présenter, le regard se dirige très vite vers des visages plus ou moins connus de la mode africaine. Au hasard de la navigation, Kuame, l’Ivoiro-libanais, le styliste Tassi du Maroc, la Burkinabé Korotimi Decherf ou encore le talentueux artiste camerounais Imane Ayissi se livrent à la curiosité de l’internaute.

Un festival ouvert sur l’entreprenariat

Pour planter définitivement le décor, place au programme des réjouissances. Il est décliné dans ses moindres détails, histoire d’organiser les journées chargées que seront celles des festivaliers. Quid des moments forts de cette septième édition, placée sous le signe de l’innovation. Pour l’édition 2009, le Fima accueillera le premier salon de la Haute couture et du prêt-à-porter africain. Autre nouveauté : Fima Entrepreneuriaship. Un nouvel espace de réflexion et de formation qui se penchera sur la problématique de l’entreprenariat, illustrée par les témoignages des professionnels du management et des chefs d’entreprise.

Le festival sera également l’occasion de lancer la construction de la future Ecole supérieure de la mode et des arts. Enfin, la fin du salon coïncidera avec l’ouverture du Salon international de l’artisanat pour la femme (Safem) dont la sixième édition se déroulera du 30 octobre au 8 novembre 2009 à Niamey. En attendant la féérique Grande nuit du Fima, le 31 octobre, qui réunira entre autres les créations du Ghanéen Koffi Ansah, du Guinéen Talibe Bah, du Togolais Bamondi, de la Mozambicaine Sandra Cardoso Muendane ou encore de l’Ivoirienne Nawel El Assad, il faudra se contenter d’un clic pour se croire au Fima.

 Visiter le site du Fima