Le champion a neuf ans

Le champion de tennis de table togolais, Mawussi Agbtoglo, n’a que neuf ans. Très doué, il vise le haut du podium. Trop timide pour nous répondre, c’est son entraîneur, Amah Agboly-Akaiyi, qui a accepté de parler de ce grand petit champion.

Mawussi Agbtoglo fait la fierté du tennis de table togolais. Il n’a que neuf ans et c’est le champion de la discipline dans son pays depuis octobre dernier. Il affronte en vainqueur des joueurs de son âge mais aussi les adultes, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Trop timide pour répondre à nos questions, il nous gratifie cependant d’un  » oui  » lorsqu’on lui demande s’il veut devenir un grand champion de tennis de table. Pour laisser ensuite la parole à Amah Agboly-Akaiyi, son entraîneur.

Afrik : Mawussi n’a que neuf ans et il est déjà champion du Togo de tennis de table. Depuis quand pratique-t-il cette discipline ?

Amah Agboly-Akaiyi : Cela ne fait que deux ans qu’il joue au ping-pong. En 2000, la Fédération française de tennis de table a financé un projet pour entraîner durant un an une cinquantaine de jeunes Togolais de moins de 10 ans. Mawussi s’était inscrit à cet entraînement, alors qu’il n’avait jamais joué avant. Il a été remarqué de suite car il a un talent incroyable. Aujourd’hui, il s’entraîne dans mon club, le Liberté.

Afrik : Mawussi est très jeune et va encore à l’école. Comment fait-il pour s’entraîner ?

Amah Agboly-Akaiyi : Lorsqu’il a cours, Mawussi vient aux entraînements de 17 heures à 19 heures, puis le mercredi et le samedi après-midi. En période de vacances, c’est vrai que c’est plus facile pour lui d’être assidû à l’entraînement. Mais c’est un enfant très intelligent. Il arrive à concilier ses cours, son travail à la maison et l’entraînement. D’ailleurs, il pratique aussi le base-ball, discipline qu’il a découvert six mois avant le tennis de table, et pour laquelle il est aussi très doué.

Afrik : A quelles rencontres internationales a-t-il déjà participé ?

Amah Agboly-Akaiyi : Il a déjà pris part à plusieurs tournois au Ghana, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Partout, il a fait grand effet aux organisateurs et aux participants. Du 16 au 22 décembre, le Championnat africain de tennis de table des moins de 14 ans va se tenir à Johannesburg. Nous aimerions beaucoup qu’il puisse concourir lors de cette compétition mais pour l’instant nous avons un problème d’argent. Nous n’avons pas trouvé de sponsor qui accepte de le prendre en charge.

Afrik : Est-il facile pour vous d’entraîner un sportif si jeune ?

Amah Agboly-Akaiyi : Non, ce n’est pas facile du tout. Il faut être très patient et accepter les contraintes qu’impose l’âge de Mawussi. Mais j’avoue qu’il me facilite beaucoup la tâche car il est très motivé. Il ne rechigne jamais lorsque je le pousse un peu trop. Il accepte de s’entraîner contre des joueurs de son âge mais aussi contre les adultes du club qui l’ont encouragé, même si certains n’ont pas toujours apprécié de se mesurer à un si jeune joueur. Ces matchs l’obligent à se dépasser. Du coup, sa réussite motive tous les autres. Beaucoup de jeunes sont venus me voir en disant qu’ils voulaient faire du tennis de table. Mawussi est devenu un modèle à suivre.

Afrik : Quels sont ses atouts et ses faiblesses?

Amah Agboly-Akaiyi : Il est incontestablement très doué pour les services. Il est très habile et sait placer ses balles. Il est également très rusé. Il suit avec beaucoup d’intérêt tous les autres matchs et essaie de reproduire les bons coups lors des entraînements. Il a le coup d’oeil. Voilà pour ses atouts. En revanche, à cause de son âge, il manque de force physique. C’est d’ailleurs sur cet aspect que je travaille avec lui. Il faut absolument développer sa masse musculaire.

Afrik : Comment envisagez-vous l’avenir de ce petit champion ?

Amah Agboly-Akaiyi : Avec sérénité et optimisme. Un responsable d’un club français l’a repéré chez nous. Si tout se passe bien, il partira en décembre pour être intégré à un sport-études en France. C’est une vraie chance pour lui de devenir un grand champion. Il est ravi et ses parents aussi.

Mawussi Agbtoglo en pleine action.