Le Bénin a sa boîte à rythme vodun

Deux associations, Gangbé Brass Band et Cosmonote, décident de créer leur site sur Internet pour sauvegarder leur culture menacée de disparition. La toile, mémoire de la danse et de la musique béninoises. Le net griot du sud béninois.

Le sud du Bénin, berceau du vodun (ou vaudou), est un carrefour entre les peuples Ajas, venus de l’ouest, et les Yorubas, venus de l’est. La transformation de la société rurale béninoise en société urbaine menace de disparition la culture vaudoue.  » Les cultures locales furent successivement confrontées aux campagnes d’évangélisation, à la colonisation et à une période communiste avant d’être réhabilitées à l’occasion du festival Ouidah, en 1992 « , souligne François l’Ecuyer, rédacteur du site.

Cette région est à l’origine d’une vingtaine de langues, d’innombrables légendes, de cultes, de danses et de rythmes. La peur des initiateurs du projet est la disparition des instruments et de la musique à la disparition des derniers interprètes.

Adeptes du vaudou

L’association Gangbé Brass Band traque les traces de la culture vaudou dans les villages les plus reculés. Equipés d’une caméra, ils fixent la culture orale. Ils entendent redonner au vaudou sa place au Bénin. Danses, rites funéraires, légendes, rien n’est laissé de côté.

S’il arrive au griot de bégayer, le site aussi trébuche dans certaines rubriques. Une bonne partie demeure inaccessible. Un CD-Rom interactif concocté par le site sera bientôt sur le marché.