Large écho de l’alliance des Nkrumaistes dans les médias ghanéens

L’annonce d’une alliance électorale entre les deux principaux partis politiques qui se présentent comme les héritiers du premier président du Ghana, le panafricaniste Kwame Nkrumah, a dominé les médias cette semaine au Ghana.

Le Convention People’s Party (CPP) et le People’s National Convention (PNC) ont annoncé la signature d’un accord en vertu duquel, le candidat du CPP à l’élection présidentielle, Dr Paa Kwesi Nduom, dirigerait le ticket présidentiel et aurait comme colistier le candidat du PNC, Dr Edward Mahama.

D’autres accords devraient être mis au point pour les candidats au Parlement, en fonction de la force de chaque parti sur le terrain dans les différentes circonscriptions.

Cette annonce signifie qu’un seul parti qui revendique des liens avec le Dr Nkrumah, le Great Consolidated Popular Party (GCPP), n’est pas impliqué dans ces retrouvailles entre les héritiers de Nkrumah.

Cette alliance électorale est jugée comme une percée majeure, notamment parce que les négociations de 1992 avaient échoué, alors que le Ghana retournait à la démocratie multipartite, visant à réunir toutes les parties se réclamant du Dr Nkrumah.

Cette nouvelle est jugée stimulante car le CPP est en train de monter dans les sondages sur les intentions de vote en vue de l’élection de décembre, avec quelque 10%, contre environ 2% il y a neuf mois, récupérant ainsi des voix importantes au New Patriotic Party (NPP) au pouvoir.

Ce qui veut dire que les Nkrumaists pourraient se retrouver dans le rôle de faiseurs de roi car aucun des deux principaux partis, le NPP et le National democratic Congress (NDC) de l’opposition, ne serait en mesure de recueillir plus de 50% des voix au premier tour.

Toutefois, cet accord a immédiatement rencontré des problèmes du fait que certains pontes du PNC affirment n’avoir pas été consultés et par conséquent menacent de tenir un autre congrès pour élire un nouveau candidat à la présidentielle.

« Prétendue Alliance avec le CPP – Mahama assiégé » est le titre qui barre la une du très populaire « Daily Graphic ».

Le journal cite Thomas Akum-Yong, un membre du Comité exécutif national (NEC), déclarant que le parti tiendrait un congrès extraordinaire « pour prendre une décision ferme sur l’élection d’un nouveau candidat à la présidentielle pour l’élection de décembre ».

« Cette prétendue alliance viole la Constitution. Nous ne pouvons laisser le Dr Mahama vendre un parti pour lequel certains d’entre nous se sont battus très durement pour le construire, alors qu’il était hors du pays », a-t-il martelé. « Il n’est pas question que nous le laissions décimer le PNC ».

Le journal cite aussi John Ndebugre, un député du PNC, estimant que M. Mahama, en tant qu’individu, pouvait décider d’être le colistier du Dr Nduom, mais que le parti élirait un nouveau candidat.

Le Dr Mahama, qui a été élu pour la quatrième fois depuis 1996 comme candidat du PNC, a pour sa part affirmé que l’alliance entre les deux partis était « un enjeu national qui transcendait la politique locale » car de nombreux partenaires ont des intérêts dans les évènements en cours.

« Nous vivons une période très intéressante et le suspense et la passion sont bons pour cette nation », a conclu le Dr Mahama.