La Tunisie achèterait des matchs

La presse écrite ivoirienne accuse le football tunisien de tentative de corruption pour s’assurer la première place de son groupe dans les qualifications pour la Coupe du monde 2002. Personne ne semble toutefois en mesure d’apporter le moindre élément de preuve. Info ou intox ?

 » La Tunisie, par l’entremise de Slim Chibouh (président de l’Espérance de Tunis) courtise intensément sa chance (…) Il se sent fort parce qu’il aurait à sa disposition un jackpot d’environ 250 millions pour sécuriser l’environnement et obtenir que la Tunisie participe au rendez-vous du football mondial (…) La tentative avec les Malgaches qui devaient recevoir 300 millions de FCFA aurait échoué. Et la République démocratique du Congo serait elle aussi en ce moment, l’objet d’une cour assidue « . Les propos du quotidien ivoirien Fraternité Matin ne sont pas isolés. Les allégations de la presse écrite ivoirienne sur l’intégrité du football tunisien vont bon train. Corruption. Le mot est lâché sans que personne ne semble en mesure d’apporter le moindre élément de preuve.

Fraternité Matin, Actuel, Ivoir’Soir, le magazine Douze…tout le monde relaye la même information. La Tunisie, actuellement première de sa poule pour les qualifications de la prochaine Coupe du Monde en Asie, tenterait de soudoyer les autres équipes du groupe pour faire barrage à la Côte d’Ivoire, second avec quatorze points. Selon notre confrère de Fraternité Matin :  » Ce n’est pas un épiphénomène « . La Tunisie serait coutumière du fait. On ne demande qu’à le croire, mais il ne peut (ou ne veut) nous donner aucune précision sur ses accusations.

La presse audiovisuelle plus prudente

 » Nous avons reçu des bribes d’information, tout comme le monde, à travers la presse écrite « , témoigne Magguy Assamoi, journaliste sportif à la Radio télévision ivoirienne.  » Mais nous n’avons pas pu les vérifier. Alors nous préférons rester plus prudents. Nous ne disposons pas des mêmes sources d’information « .

La presse audiovisuelle se contente de suivre, distante, l’actuelle campagne d’accusations à l’encontre de la Tunisie.  » Nous souhaitons uniquement attirer l’attention des dirigeants de la fédération sur ce qui se dit ici bas. Juste pour qu’ils se montrent vigilants quant au déroulement des qualifications « , explique M Assamoi.

A la fédération ivoirienne de football, c’est le mutisme total.  » Je ne suis pas au courant « , commente laconiquement le président de la fédération.  » Moi je m’occupe de mon équipe que je prépare pour les deux derniers matchs (les Eléphants ont un match de retard sur la Tunisie qui terminera son tournoi dimanche, ndlr). Je ne rentre pas dans ce genre de considérations « .

Sur quoi sont basées les accusations de la presse écrite ivoirienne ? Nous n’avons pu le savoir. Toujours est-il qu’à la fédération tunisienne la réaction est unanime.  » On n’a tenté de corrompre personne. Ce n’est pas dans nos habitudes « , confie amusé le responsable des relations internationales. Info ou intox, tout se jouera dimanche sur le terrain. Et seulement sur le terrain.