La tragédie du paludisme


Lecture 2 min.
Le paludisme dans le monde
Le paludisme dans le monde

Le coût humain

 1 à 3 millions de morts par an

350 à 500 millions de cas par an

La maladie touche principalement l’Afrique subsaharienne
(90% des morts, 60% des cas), mais aussi l’Asie et l’Amérique latine.

Essentiellement des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans.

C’est la 1e cause de mortalité de l’enfant de moins de 5 ans en Afrique subsaharienne.

1 enfant y meurt du paludisme toutes les 30 secondes.

La réalité de la maladie Les ravages du paludisme s’expliquent en grande partie par les zones et les populations qu’il touche. Eliminée en Europe et en Amérique du Nord au 20e siècle, la maladie atteint aujourd’hui les pays les plus pauvres d’Afrique subsaharienne, d’Asie et d’Amérique latine, dont les conditions de vie, la faible éducation et le manque d’information sont des facteurs aggravants de la pandémie.

L’ignorance du mécanisme de la maladie, notamment de celle du vecteur,
le moustique, limite la prévention,  récupération d’eau de pluie dans des pots qui deviennent des nids à moustiques,

discussions des heures au dehors le soir quand le moustique est le plus actif, hermétisme de la moustiquaire pas toujours assuré, trous non réparés… Systèmes de soins quasiment inexistants Ces populations vivent dans des villages reculés, sans personnel ni moyens médicaux. Les premiers centres de soins qui sont à des heures de marche disposent rarement des
traitements adéquats.

Le coût économique

Maladie des défavorisés, le paludisme précipite ces populations et leurs pays dans la pauvreté.

Dans les pays les plus touchés, le paludisme représente 40% des dépenses publiques de santé, 25% des dépenses des ménages.

Il est la cause d’absentéisme et de morts prématurées qui affaiblissent directement
la productivité des pays. Sa menace dissuade les investisseurs nationaux et étrangers et porte atteinte au développement des activités économiques.

Le paludisme coûte chaque année 12 milliards US $ de PIB à l’Afrique subsaharienne, soit une perte de croissance d’1,3% par an dans les pays impaludés.

Maladie des plus pauvres, le paludisme créé, chaque jour, une nouvelle pauvreté dans le monde.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter