La « Therapy » musicale de Sec Bidens

Apporter une autre touche à la bonne vieille musique zairo-congolaise qui serait en train de perdre ses lettres de noblesse. Sans renier la rumba, le soukouss et le ndombolo, il en est un qui a pourtant réussi cet exercice périlleux avec un premier album événement. Sec Bidens signe Therapy, un opus à la hauteur de ce grand Monsieur de la musique africaine.

Sec Bidens n’est pas encore trop connu du grand public. Auteur, compositeur, guitariste et arrangeur, il est pourtant au four et au moulin d’un grand nombre d’albums d’artistes congolais sortis ces six dernières années. En commençant par le plus célèbre d’entre eux : Papa Wemba. Ils le surnomment tous « Monganga ». Le « médecin » ou « soigneur » en lingala. C’est dire l’ampleur du traitement qu’il administre aux œuvres de ses « patients ».

Quoi de plus éloquent que « Therapy » comme titre du premier album d’un pareil personnage ? Heureusement pour lui, le contenu de ce disque (textes, chants, musiques, mélodies, arrangements, animations type atalaku) tient la route, tourne rond et garde un lien le nom de son opus. Contrairement à certains autres titres prétentieux, ronflants et vides ressassés par d’autres artistes du genre.

Seize titres à savourer

Cet album pourrait être considéré comme un résumé, ou un miroir de toutes ses expériences musicales de studio en compagnie d’artistes les plus divers. L’œuvre, légère, aérienne, artistiquement efficace, est très diversifiée. Seize titres « à consommer sans modération ». C’est son dossier de presse qui le déclare et il n’a pas menti. Artiste au service des autres, Sec Bidens a été remarqué par Sounds & Lyrics, un jeune label indépendant parisien qui est « motivé par le désir de porter au-devant de la scène et du grand public des artistes neufs au talent déjà affirmé… ».

Ce coup discographique réussi, il ne reste à la promotion qu’à parachever ce travail « thérapeutique » qui renoue l’oreille des mélomanes avec la bonne et vieille musique zairo-congolaise. Logiquement, la scène devrait faire le reste. Tout le monde, eh ! maboko !!

Par Firmin Luemba

Sec Bidens, Therapy, 2003.

Acheter le disque