La France condamne les attentats de N’Djamena

La France a condamné les attaques meurtrières de N’Djamena qui ont eu lieu ce lundi matin, faisant au moins 20 morts, selon les responsables de la sécurité.

C’est un véritable carnage qu’il y a eu lieu, ce lundi matin, dans la capitale tchadienne, N’Djamena, frappée par deux meurtriers attentats. Le premier a eu lieu au commissariat central et le second à l’école de police, faisant au moins plus d’une dizaine de morts. Un député de l’opposition, qui s’est confié à Afrik.com, parle de 18 morts. Les forces de sécurité, elles, évoquent 20 morts. Mais les autorités n’ont pas encore confirmé ce bilan.

La France a condamné ces attaques meurtrières, assurant son soutien dans la lutte contre le terrorisme, dans une déclaration du ministère des Affaires étrangères. « La France condamne les attaques perpétrées le 15 juin contre le commissariat général et l’école de police de N’Djamena », a indiqué le porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal, soulignant que Paris « se tient aux côtés du Tchad et de ses partenaires africains dans la lutte contre le terrorisme ».

Pour le moment, les attentats n’ont pas été revendiqués. Mais de nombreux témoins soupçonnent Boko Haram d’en être à l’origine. Le groupe terroriste nigérian est actuellement combattu par les troupes tchadiennes qui cherchent à avoir la tête de leur chef Abubakar Shekau. Ce dernier a menacé, à plusieurs reprises, le Tchad. Pas plus tard que la semaine dernière, le Nigeria et ses voisins ont décidé de mettre sur pied, d’ici juillet, une force régionale de quelque 8 700 hommes pour lutter contre le groupe armé. Et Son quartier général sera installé à N’Djamena.

Depuis 2009, Boko Haram a fait plus de 15 000 morts et poussé des milliers d’autres personnes à se déplacer.