La commune de Ndzomoe, comme une île déserte

La commune de Ndzomoé, dans le département de Komo-Océan, habitée il y a moins de 5 ans par plus de 500 âmes, ressemble aujourd’hui à une île
déserte, où la misère et la pauvreté font partie du lot des
habitants. Reportage.

De notre correspondant à Libreville

La commune de Ndzomoe est située dans le département du Komo-Océan,
non loin de la réserve de Pongara. On y arrive par voie maritime et la
traversée dure environ 60 minutes. Et, quand le pilote de
l’embarcation est un jeune Rastaman comme Rodrigue Enemé, on peut même
rallier le débarcadère de Ndzomoé partant de Libreville, après 40 mn
de mer.

A l’arrivée dans cette petite commune rurale, on est accueilli par les
chants des oiseaux, la brousse et une petite ruelle, qui ressemble
beaucoup plus à une piste d’éléphants. Quelques maisons parsemées
entre les arbres témoignent de la vie humaine dans les campements.

Depuis 2008, cette localité a été érigée en commune, mais sans
véritables moyens d’accompagnement pouvant permettre aux nouvelles
autorités municipales de transformer Ndzomoé en une petite ville, où
il fait bon vivre.  »Nous n’avons pas d’eau potable. Les
infrastructures routières sont inexistantes et Ndzomoé se vide chaque
année davantage de sa population, en raison des mauvaises conditions
de vie. L’agriculture est la principale activité économique dans la
localité, mais les paysans ne prospèrent pas à cause des éléphants qui
détruisent régulièrement leurs récoltes », s’est plaint Georges
Obiang, 56 ans, habitant.  »Les éléphants menacent notre survie et
notre sécurité. Les femmes et les enfants vivent ici la peur au
ventre. Les planteuses ne peuvent plus aller seules dans les
plantations de peur de croiser ces bêtes dans la forêt », a ajouté le
quinquagénaire.

Il ne reste qu’une cinquantaine de personnes dans la commune, selon
une source proche du conseil municipal. Tous les jeunes sont partis en
ville, notamment à Libreville, à la recherche d’une vie meilleure. Les
sociétés forestières, qui les employaient sur place ont mis la clé
sous le paillasson.

Ndzomoé ne dispose d’aucun centre de santé.  »Il arrive régulièrement
que des malades meurent ici dans leurs maisons, faute de dispensaire
et des voies de communication terrestre, pour rallier rapidement
Libreville. Nous n’avons pas d’embarcation tous les jours pour
atteindre la capitale gabonaise par la mer », a souligné Hélène Mbeng
Ndong, chef du village Bissobilam, situé à l’entrée de la commune. Il
existe une école publique dans la commune, mais cette dernière a fermé
ses portes, faute d’enseignants.

Ndzomoé regorge de gros potentiels écologiques et touristiques. Leur
valorisation peut être porteuse d’espoir non seulement pour les
autorités municipales, mais aussi pour l’ensemble des habitants de la
localité.