La CEDEAO poursuit sa mission de sécurisation de la Gambie


Lecture 4 min.
Des soldats de la CEDEAO
Des soldats de la CEDEAO

La force en attente de la CEDEAO poursuit sa mission de sécurisation de la Gambie. Les soldats nigérians, sénégalais et autres ghanéens veillent sur ce pays ouest-africain. Au moment où l’Afrique est secouée par une cascade de coups d’État

A Banjul,

Mercredi 29 novembre 2023. Il est 21 heures lorsque Afrik.com arrive à la frontière entre le Sénégal et la Gambie. Il faut s’atteler aux formalités d’immigration d’usage. Les douanes sénégalaises exigent l’acquittement d’un montant de 2 500 FCFA pour le laisser-passer de notre voiture. Il faudra en plus débourser 2 000 FCFA à verser à la police pour l’enregistrement de ce titre de voyage. Vient ensuite la partie gambienne.

« Ce sont des soldats ghanéens de la CEDEAO »

Ici, la douane réclame 5 000 FCFA, alors que la police exige un montant de 2 000 FCFA pour valider le laisser-passer sénégalais. Toutes ces formalités respectées, nous sommes alors autorisés à fouler le sol gambien. A quelque deux kilomètres, un autre policier nous fait signer de nous arrêter. On s’exécute. Il nous demande de « pointer comme vient de le faire l’autre véhicule sénégalais. C’est 1 000 FCFA ». Exécution pour ne pas perdre du temps.

C’est une petite course contre la montre, car il faut prendre le ferry avant qu’il ne soit tard. Arrivé à l’embarcadère, il faut s’acquitter d’une somme de 10 000 FCFA, montant fixé pour les véhicules particuliers. Une fois à l’embarcadère, notre attention est attirée par une voiture genre Jeep, de couleur blanche. A son bord et aux alentours, des militaires, armés jusqu’aux dents. « Ce sont des soldats ghanéens de la CEDEAO », nous souffle-t-on.

Veiller sur le régime d’Adama Barrow

Sur les portières de la voiture, l’effigie de la CEDEAO (ECOWAS en anglais). L’homme, qui monnayait ses services d’assistance, nous fait comprendre que « ces militaires sont là depuis un moment ». Ils ont doublé de vigilance depuis peu, nous dit-il. Certainement à la suite des nombreux coups d’État dans la région ouest-africaine. Ce qui pourrait justifier la fouille particulière dont notre véhicule a fait l’objet, une fois sur le sol gambien.

Aux abords du ferry, les soldats ghanéens font des rondes de sécurisation des lieux. Aucun détail n’est laissé au hasard. Il faut veiller sur le régime d’Adama Barrow, depuis qu’il a remplacé le dangereux Yahya Jammeh. Celui-là est arrivé au pouvoir après avoir renversé Dawda Jawara. Rien n’est impossible avec Jammeh qui avait refusé le résultat des urnes qui l’avaient donné perdant. N’eut été les menaces d’assaut de la CEDEAO, l’ancien dictateur n’allait pas quitter le pouvoir.

Cascade de tentatives de coups d’État

D’où la présence des soldats de la force en attente de la CEDEAO, depuis l’arrivée de Barrow au pouvoir. Dans la capitale gambienne, Banjul, les soldats de la CEDEAO effectuent des rondes nocturnes. Il est minuit passé de quelques minutes lorsque nous tombons nez-à-nez sur une Toyota Land Cruiser. A son bord, des soldats de l’ECOWAS (Economic Community of West African States), eux aussi armés jusqu’aux dents. Ces soldats sillonnaient Banjul où ils assurent une mission de sécurisation. Surtout en ces temps qui courent.

En effet, depuis un moment, c’est une cascade de tentatives de de coups d’État en Afrique. Certains ont réussi, comme au Mali, en Guinée, au Burkina Faso, au Niger et autre Gabon. Alors que d’autres ont échoué, comme en Sierra Leone, voisine de la Gambie. D’ailleurs, une délégation de la Commission de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) et du gouvernement du Nigeria s’est rendue à Freetown, en Sierra Leone.

Engagement de la CEDEAO à préserver la démocratie

La délégation a rencontré le Président Julius Maada Bio. Elle comprenait le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Alieu Touray, le Conseiller à la Sécurité nationale du Nigeria, Malam Nuhu Ribadu, le chef d’état-major des armées du Nigeria, le général Christopher Musa, et le chef du Renseignement militaire du Nigeria, le général de division Emmanuel Udiandeye.

La délégation était porteuse d’un message de solidarité du président en exercice de la CEDEAO et Président du Nigeria, Bola Ahmed Tinubu. Les émissaires ont réitéré l’engagement de la CEDEAO à préserver la démocratie et la bonne gouvernance dans la sous-région. Ils ont en poutre assuré le Président Bio de leur volonté de soutenir le gouvernement et le peuple de Sierra Leone.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter