L’Union européenne annule sa mission d’observation des élections en RDC


Lecture 2 min.
Nabila Massrali, porte-parole du service diplomatique de l'Union européenne
Nabila Massrali, porte-parole du service diplomatique de l'Union européenne

L’Union européenne n’aura pas de mission d’observation des élections en République Démocratique du Congo. L’institution a annoncé l’annulation de son travail de supervision du scrutin du 20 décembre.

C’est hier, mercredi 29 novembre 2023, que l’Union européenne a annoncé qu’elle annulait sa mission d’observation des élections en République Démocratique du Congo. « En raison de contraintes techniques échappant au contrôle de l’UE, nous sommes contraints d’annuler la mission d’observation électorale ». C’est ce qu’a déclaré la porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne, Nabila Massrali.

L’Union européenne dans l’impossibilité de se déployer en RDC

Ce communiqué était rendu public au lendemain d’un autre dans lequel l’UE notifiait que ses observateurs se trouvaient dans « l’impossibilité de se déployer dans le pays pour des raisons de sécurité ». Selon l’UE, la situation « rend la nécessaire observation de long terme impossible ». Non sans préciser qu’elle étudiait « les diverses options possibles, en lien avec les autorités de RDC ».

Le 21 novembre, l’Union européenne avait annoncé le déploiement de ses observateurs pour superviser les élections en RDC. Il était question de déployer entre 80 et 100 observateurs issus de 24 de 27 pays de l’Union européenne. Une opération de déploiement qui allait se faire avec l’appui de la Suisse, de la Norvège et du Canada. Sauf que le projet de supervision est annulé.

Campagne électorale sous haute tension

Près de 44 millions d’électeurs sont inscrits sur les listes électorales de ce pays d’Afrique centrale qui compte une centaine de millions d’habitants. Outre le choix d’un Président, les électeurs doivent choisir parmi 25 832 candidats aux Législatives, 44 110 candidats aux Provinciales contre 31 234 aux Municipales. La campagne électorale a officiellement démarré le 19 novembre.

Mardi, le cortège de Moïse Katumbi a été attaqué à Kindu dans la province du Maniema. Un coup perpétré par des jeunes présentés comme des militants de l’UDPS, le parti au pouvoir. L’attaque, outre le fait d’avoir fait des blessés, a causé la mort d’une personne proche de Moïse Katumbi. Des actes de violence qui ne pourront pas entamer la détermination des militants d’Ensemble pour la République, ont indiqué les proches de l’ancien gouverneur du Katanga.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter