L’Egypte ne finit toujours pas de compter ses morts

Le moins que l’on puisse dire est que l’Egypte est en train de s’embraser. En ce sens qu’un nouveau bilan fait état 578 morts dans la seule journée du mercredi. Un bilan lourd annoncé par le gouvernement qui parle de 535 civils tués.

Si les pro-Morsi parlent de milliers de morts, le gouvernement égyptien quant à lui parle de 578 personnes massacrées au total. Le ministère de la Santé parle en outre de 43 policiers tués au cours des manifestations. Un bilan qui s’alourdit au fur et à mesure.

Ce qui fait trembler en Egypte, c’est plus l’ordre reçu par la police de tirer à balles réelles . Il s’agit du ministère de l’Intérieur qui a annoncé que la police était désormais autorisée à « tirer à balles réelles sur les manifestants qui attaquent des biens publics ou les forces de l’ordre ». Une déclaration qui fait craindre le pire. Déjà le ministère de la Santé donne un bilan de 228 personnes qui avaient péri sur la seule place Rabaa al-Adawiya, occupée depuis près d’un mois et demi par les partisans du Président islamiste, Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet dernier. 90 morts ont été répertoriés suite à la dispersion de l’autre sit-in pro-Morsi, au Caire. Le ministère de la Santé parle en outre de 43 policiers qui ont également été tués mercredi.

L’Egypte est donc en train de prendre feu. Une issue est tout de même attendue. Si les Etats-Unis, à travers le Président Barack Obama, ne se sont limité qu’à condamner ce qui s’est passé en Egypte, engagée selon eux « sur un chemin dangereux », la France, le Royaume-Uni et l’Australie eux comptent prendre leurs responsabilités. Ils ont en effet demandé conjointement une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation en Egypte. Ces trois pays auraient d’ailleurs tenu cette réunion dans l’après midi du jeudi, sous la forme de consultations à huis clos, auxquelles auraient pris part une quinzaine d’Etats membres.

L’heure est au décompte des morts, pour la plupart des partisans de Mohamed Morsi. Chaque minute qui passe, le bilan s’alourdit avec des chiffres annoncés de personnes tuées qui augmentent au fil du temps et inquiètent de plus en plus la Communauté internationale.