L’Amérique s’ouvrira plus aux vêtements fabriqués en Afrique

Aux termes de la loi approuvée la nuit dernière par la Chambre des représentants à Washington, quarante pays du continent verront leurs droits de douane fondre. L’aubaine est assortie de conditions très avantageuses… pour les Etats-Unis.

Par 308 voix contre 110, la Chambre des représentants américaine, a adopté cette nuit une loi favorisant le commerce entre les Etats-Unis d’une part, et d’autre part quarante pays d’Afrique et quelques Etats caribéens. Le Sénat devrait, selon les termes d’un compromis déjà acquis, entériner le projet dès la semaine prochaine.

Les médias américains présentent l’adoption de cette loi comme un grand succès du président Clinton, qui s’est impliqué depuis plusieurs années dans le développement du commerce afro-américain. D’ici à 2008, les importations américaines de vêtements produits en Afrique pourraient passer de 250 millions de dollars US à 4,2 milliards, selon la secrétaire au Commerce Charlene Barshefsky.

Pro-Afrique ou anti-Europe ?

L’accord intervenu entre les parlementaires américains prévoit d’accroître progressivement le volume de vêtements africains exemptés de droits de douane à leur entrée aux Etats-Unis. Cette offre ne concernera toutefois que les cotonnades travaillées à partir de coton… américain. Pour les pays africains les plus pauvres – ceux dont le revenu annuel par habitant n’excède pas 1 500 dollars, l’origine des tissus sera libre pendant quatre ans ; en revanche, leur exportation se verra limitée par des quotas.

A l’instar de la presse, la plupart des hommes politiques américains Républicains (conservateurs) ou Démocrates, le président Clinton en tête, ont insisté sur l’aspect  » social  » de cette loi – voire sur ses implications humanitaires. L’agence britannique Reuters, en revanche, explique que le nouveau texte est d’abord une arme commerciale, dirigée contre l’Europe en vue du prochain cycle de négociations de l’OMC.