L’Afrique et Internet : combler les fossés

Les Actes du Sommet Mondial des Régulateurs sur Internet et les Nouveaux Services, qui s’est tenu à l’UNESCO les 30 novembre et 1er décembre 1999, viennent de paraître : ils contiennent quelques conclusions intéressantes sur les besoins de communication en Afrique.

Le thème africain a été abordé par les régulateurs dès le discours d’ouverture prononcé par l’animateur principal de ce Sommet mondial, le président Hervé Bourges, du Conseil supérieur de l’audiovisuel français : « Comment prévenir le risque, qui existe, de voir une nouvelle inégalité se créer entre les riches et les pauvres, l’inégalité face aux réseaux numériques ? « 

La première réponse lui fut apportée par Julieta Langa, présidente du Conseil supérieur de la Communication du Mozambique : selon son témoignage, le développement assez lent des nouvelles technologies de communication au Mozambique est essentiellement dû aux difficultés économiques que traverse ce pays. Son évocation des efforts entrepris, comme la création de télécentres pilotes dans certains districts de Maputo, a également souligné le fait que les organes de communication traditionnels eux-mêmes peinaient à couvrir l’ensemble du territoire, comme le montre les retards dans la distribution des journaux de presse écrite dans certaines régions. Dans cette perspective, Julieta Langa insista sur les conséquences démocratiques liées à une plus large diffusion de l’usage collectif des ordinateurs permettant l’accès aux réseaux d’information nationaux et internationaux.

Fossé numérique

Un discours analogue fut également tenu par Mandla Langa, président de l’instance de régulation d’Afrique du Sud :  » l’Afrique court le danger d’être laissée sur le bord de la route, comme le sont déjà les groupes marginalisés au sein de la société africaine. Les villages ruraux et les villages pauvres, les femmes et les autres groupes défavorisés sont confrontés à une nouvelle forme de pauvreté et d’exclusion, la pauvreté vis-à-vis de l’information « . Il préconisa pour sa part un  » plan global  » pour remédier au fossé numérique entre le Nord et le Sud « .

Message complété et précisé dans ses conséquences prévisibles par Pierre Marie Dong, président du réseau des instances africaines de régulation de la communication et président de l’instance gabonaise, le Conseil national de la Communication, qui évoque les risques de la position hégémonique des pays du Nord sur la situation culturelle et scientifique des pays du Sud et insiste sur la nécessité de poser la question d’Internet dans le cadre  » d’une stratégie globale de développement «  et appelle à une action efficace de la part de l’UNESCO dans ce domaine, pour assurer  » les conditions d’une communication qui favorise la solidarité nécessaire et la complémentarité entre les peuples « .

Le « minimum sans lequel on n’est plus »

Position reprise et renforcée dans l’intervention d’Adama Fofana, président du Conseil supérieur de l’information burkinabé, qui évoque la constitution d’une  » nouvelle morale et d’une nouvelle éthique «  : qui  » devraient s’inspirer du devoir collectif de faire en sorte que chaque peuple puisse, en recherchant les voies originales pour son développement, affirmer sa spécificité, disposer du minimum sans lequel il n’est plus…  »

La résolution finale, contenue dans les propos conclusifs d’Hervé Bourges, parle  » d’un plan Marshall «  à organiser pour le développement d’Internet et de la communication en Afrique. Afin que  » l’instrument Internet nous serve à construire une société humaine plus juste et plus solidaire, passant par une ouverture croissante à autrui et une authentique communication entre les hommes et les cultures « . L’idée d’un  » Plan Marshall  » est lancée… Qui la reprendra ?

Les Actes du Sommet international des Régulateurs sont accessibles par le site du CSA