« Joli miroir… Dis-moi comment être la plus belle » : Ma lotion, une alliée discrète et précieuse

Dans l’étape précédente du nettoyage de la peau, vous avez noté l’indication d’utiliser une lotion après l’exfoliant, le matin, et la crème lavante le soir. Ce produit simple en formulation semble avoir, à première vue, une action tellement anodine que nombreuses sont celles qui l’escamotent. Mauvaise tactique.

Notre peau est un organe vivant qui tend à l’autosatisfaction. A partir de ses sécrétions, elle se fabrique en surface un « produit » de protection naturelle : le film hydrolipidique. C’est une émulsion (mélange d’ « eau » dans de l’ « huile ») composée d’eau, de sueur et de sébum qui lubrifie la peau. Elle maintient aussi son niveau d’hydratation et assure sa défense contre les agressions microbiennes. Dans un monde aux conditions environnementales idéales (ce qui est loin d’être le cas de nos villes où même de nos campagnes) tout irait pour le mieux !

Un environnement idyllique…

Cependant, nous vivons dans un environnement hostile, notre organisme affiche par conséquent très rarement des constantes stables. Le film hydrolipidique ne fait pas exception. Vous aurez compris qu’il vous incombe alors de pallier ce manque avec un produit cosmétique qui restaure l’intégrité de la peau. Ce produit miracle, c’est la Lotion! Ou plutôt les lotions, car il en existe une pour chaque type de peau. La production de sébum définit la peau dite sèche (déficit) ou grasse (excédent). Le fonctionnement du corps humain est régenté par les fluctuations hormonales. Comme la vie des femmes se joue très précisément au rythme séquentiel de leur cycle hormonal, il est normal de voir l’aspect général de la peau changer au cours de celui-ci. On constate fréquemment, pendant les menstrues, que la peau est plutôt sèche ou grasse. Elle « surgraisse » et produit des comédons voire des boutons qui « s’assèchent » plus ou moins spontanément.

Quant à la peau dite mixte, chaque visage a une partie communément appelée zone « T », qui s’étend du front jusqu’au menton en passant par les joues et le nez. Sur cette zone, la densité des glandes sébacées est plus importante. De fait, tous les visages ont une partie plus sèche (ou moins grasse) et une autre plus grasse. Les peaux sont donc toutes « mixtes ». La majorité des personnes d’ascendance africaine ont la peau sèche et déshydratée. La structure très compacte des couches cornées de la peau de type négroïde fait que, paradoxalement, elle est mal lubrifiée et conserve difficilement son niveau d’hydratation. Puisque ces peaux sont essentiellement sèches, il leur faut une lotion douce, au pH très faiblement acide. Les lotions utilisées seront plus souvent des toniques hydratants, rafraîchissants et stabilisants.

Adapter votre lotion à vos besoins

Les peaux plus grasses utiliseront régulièrement une lotion astringente, antiseptique qui resserre les pores et évite la prolifération des germes. Cette lotion a également une action stabilisante sur la production de sébum (eaux florales ou fruitées, acide salicylique, vitamine C…). Les peaux plutôt sèches, pendant les périodes de furie des glandes sébacées, vont remplacer, de façon très ponctuelle, leur lotion habituelle sur les parties concernées par une lotion antiseptique assainissante. Les accrocs de l’eau pure devraient abandonner la bonne bouteille d’eau minérale ou de source au profit d’un brumisateur. Si l’eau est profitable, l’alcool reste néfaste. L’alcool éthylique, agent photosensibilisant, est à proscrire sur les peaux colorées. Pensez aux après-rasages qui laissent à terme la région rasée plus foncée. A ce propos, je dois aussi attirer votre attention sur le fait que le mot « lotion » est utilisé en anglais pour qualifier les émulsions fluides.

Mais il ne faut pas faire d’amalgame. Par exemple, la crème de jour ainsi nommée en anglais joue un rôle complémentaire et non substitutif à la lotion. J’entend « vos arguments » : « Les lotions sont chères … elles s’usent vite … plus on avance, plus il faut de produits » ! Vous n’êtes pas forcée d’utiliser que des lotions de grandes marques, celles en grandes surfaces sont dans leur grande majorité des produits de qualité. En outre, la notice ne dit pas qu’il faut imbiber exagérément le coton pour qu’il dégouline avant de finir à la poubelle encore plein de votre précieuse lotion ? Utilisez un vaporisateur. Mais évitez de transvaser votre lotion dans un ancien vaporisateur à parfum, il se pourrait qu’il y reste encore quelques traces d’alcool. Pour finir, l’épiderme compact des peaux colorées est assimilable à une éponge. Quand il est l’imprégné d’eau ou de lotion, l’épiderme humide sèche spontanément et se déshydrate. Alors essorez délicatement votre visage avec un mouchoir en papier ou votre « fameuse serviette ». Vous apprécierez d’autant plus le confort que vous procure la crème hydratante… A suivre !