JO de Pékin : pas de badge « pour un monde meilleur »

Le président du Comité national olympique français a déclaré à l’Equipe TV qu’il s’opposait à ce que les athlètes français portent un badge « pour un monde meilleur » pendant les Jeux Olympiques de Pékin pour protester contre les violations des droits de l’homme commises en Chine. Henri Sérandour, qui aurait pourtant soutenu l’initiative au départ, se serait basé sur la charte olympique interdisant toute « sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale (…) dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ».