Internet au Maroc : halte au monopole.

L’instauration des forfaits Internet au Maroc remet en cause le monopole de la société nationale de télécommunications Maroc Télécom.

La mise en place de forfaits Internet au Maroc a déclenché un conflit entre les fournisseurs d’accès et Maroc Télécom (IAM) qui détient le monopole national des télécommunications.

Accusée par la filiale marocaine de Wanadoo, Maroc connect,  » d’abus de position dominante et de concurrence déloyale « , il appartiendra à l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) de trancher sur une accusation que tous les fournisseurs d’accès marocains partagent.

L’action de Wanadoo Maroc est motivée, comme indiqué dans son communiqué de presse du 8 août, par le fait que  » Maroc Telecom donne la possibilité au consommateur de payer un coût de communication téléphonique préférentiel par rapport au tarif normal et légal « . Disposition qui ne pourra pas être suivie par les autres opérateurs.

Une tarification trop attrayante

Les forfaits ainsi pratiqués par la firme excluent donc systématiquement les autres fournisseurs. Ces concurrents sont aussi clients puisqu’ils dépendent d’IAM en ce qui concerne l’alimentation en câblage. L’ambition d’IAM de capter plus de clientèle pourrait expliquer cette offensive commerciale. La compagnie tenterait ainsi de se rendre plus attractive à l’approche de sa privatisation.

Wanadoo accuse par ailleurs l’ANRT de parti pris puisque selon elle celle-ci est restée sourde à ces appels concernant la stratégie actuelle d’IAM. Stratégie qu’elle a dénoncée par l’envoi de courrier à l’ANRT depuis le 12 avril dernier, suite à l’annonce du lancement de ces forfaits par Maroc Télécom.