Guinée : Dadis « mobilise » à Labé

Samedi dernier, le chef de l’Etat était l’hôte des populations de Labé, ville située à 500 km de Conakry au nord du pays. Le capitaine Moussa Dadis Camara a été accueilli dans ville sous haute surveillance policière. La rencontre s’est déroulée au stade régional de Labé.

Notre correspondant en Guinée

A l’entame du meeting, le maire de la commune urbaine de Labé, Amadou Thiam, a déclaré que l’adhésion massive des populations de Labé s’explique par le succès remporté par le capitaine Moussa Dadis dans le cadre de la lutte contre le narcotrafic, et l’assainissement des finances publiques. Remerciant Dadis Camara pour avoir répondu à l’appel des populations de Labé, le maire a indiqué que le renoncement à la destruction des édifices publics (habités par des tiers) lui a valu des bénédictions de la part des imams de Labé. Continuant toujours à caresser le chef de la junte dans le sens du poil, le maire dira que celui-là n’a jamais dérogé à sa promesse : celle qui consiste à protéger la région du Fouta, en pays peulh.

Les nombreuses doléances des jeunes et des femmes

Après ce discours, ce fut le tour des Jeunes de Labé. Dans leur intervention, par la voix de leur porte-parole, ils ont affirmé que la visite du chef de l’Etat témoigne de son attachement à l’unité nationale, à la cohésion sociale dans le pays. Thierno Alimou Mosquée Diallo a aussi loué les efforts du capitaine Moussa Dadis et son équipe contre le narcotrafic, la corruption, l’assainissement des finances publiques. Il a déclaré que la jeunesse de Labé réitère son soutien aux idéaux du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et de son leader. Il a promis que jamais Labé ne se laissera manipuler par des politiciens. Au nom donc des jeunes de Labé, il s’est engagé à œuvrer pour éviter la réédition des événements douloureux de janvier et février 2007. Cependant, comme une contrepartie au soutien à la junte qui ne dit pas son nom, Thierno Mosquée Diallo a égrené un paquet de doléances. Parmi lesquelles, la reprise des travaux de la voirie urbaine de Labé ; l’achèvement de l’Université de la ville ; la réhabilitation et l’extension du stade régional ; la construction d’un marché central, ainsi que de l’éclairage public.

Quant à la représentante des femmes, elle a abondé dans le même sens, à quelques exceptions près. Fatou Condé en a étonné plus d’un quand elle a déclaré que c’est la première fois qu’un chef de l’Etat est soutenu de manière unanime par l’ensemble des composantes sociales de Labé. Une déclaration étonnante qui a été suivie par des manifestations d’hostilité au milieu de la foule. « Nous, femmes de Labé, voulons que vous continuiez vos œuvres à la tête du pays. Les femmes sont prêtes à voter pour vous lors de la prochaine présidentielle », a-t-elle renchéri. En conséquence, au nom des femmes, Fatou Condé a soumis au capitaine Moussa Dadis Camara les mêmes doléances que celles soulevées par le représentant des jeunes.

Le capitaine Dadis Camara déclare qu’il n’est pas en campagne

En réponse, le capitaine Dadis Camara, dans un discours, cette fois bref et relativement cadré, a indiqué qu’il n’est pas venu à Labé en campagne électorale mais plutôt pour cimenter l’unité nationale, la cohésion sociale, et démontrer à ses détracteurs que le Fouta n’est pas ethnocentriste, « que le Fouta ne connaît qu’un fils[ndlr : lui Dadis Camara]». Pour terminer, le capitaine Dadis Camara a dit avoir pris bonne note de toutes les doléances soulevées par Labé.

Notons cependant que notre enquête sur le terrain a révélé que des jeunes gens ont été « importés » de Conakry et d’autres coins du pays pour grossir la mobilisation… Cependant, la rencontre de Labé fut tout même une démonstration de force pour le chef de la junte. Les forces vives, à travers une déclaration faite dimanche soir, ont organisé la riposte par un meeting ce lundi au stade du 28 septembre. Les jours qui viennent, en Guinée, promettent d’être riches en événements.