Gbagbo ne veut « pas de guerre » en Côte d’Ivoire

Laurent Gbagbo, qui dispute à Alassane Ouattara le fauteuil présidentiel en Côte d’Ivoire, s’est exprimé mardi soir sur les ondes de la Radio télévision ivoirienne (RTI). Il a notamment demandé la mise en place d’un « comité d’évaluation sur la crise post-électorale » en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo est sorti du mutisme depuis son investiture le 4 décembre dernier. « Je suis le président de la République de Côte d’Ivoire », a-t-il déclaré d’emblée sur les antennes de la Côte d’Ivoire aux alentours de 20h (GMT, heure locale). Les traits tirés, Laurent Gbagbo a rappelé qu’il était le président élu avec plus de 51% des suffrages exprimés lors du second tour de la présidentielle du 28 novembre, selon le Conseil constitutionnel.

« Je ne veux pas de guerre » en Côte d’Ivoire, a-t-il poursuivi. Laurent Gbagbo a demandé la mise en place d’un « comité d’évaluation sur la crise post-électorale ». Elle serait composée de représentants de l’ONU et de l’Union africaine, d’autres institutions internationales, de pays comme la Russie et la Chine ainsi que tous les « Ivoiriens de bonne volonté ».

Gbagbo veut un « comité d’évaluation sur la crise post-électorale »

Laurent Gbagbo a par ailleurs réitéré son souhait de voir l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) quitter son pays et a invité « toutes les personnalités qui se trouvent encore à l’hôtel du Golf » à regagner leur domicile en affirmant qu’elles étaient libres de leurs mouvements. Le président sortant fait notamment allusion à son rival, Alassane Ouattara, président élu selon la Commission électorale indépendante (CEI) et reconnu par la communauté internationale. Alassane Ouattara et son Premier ministre, Guillaume Soro, vivent reclus dans le Golf Hôtel à la Riviera, dans la capitale Abidjan, sous la protection des Nations unies depuis la proclamation des résultats du second tour de la présidentielle. Enfin, Laurent Gbagbo a invité « les Ivoiriens à la retenue » et exhorté les jeunes à « rester calmes ». Quelques minutes auparavant , il a salué «les martyrs de la République », notamment ceux qui sont morts lors des événements du 16 décembre.

L’armée a aussi annoncé à la télévision nationale la levée ce mardi du couvre-feu, qui avait été instauré la veille du second tour de la présidentielle ivoirienne, et plusieurs fois reconduit. « Cette mesure permettra assurément aux différentes familles de vivre les fêtes de fin d’année et de Nouvel An dans de très bonnes conditions », a déclaré le porte-parole des Forces de défense et de sécurité (FDS, loyalistes), le colonel-major Hilaire Babri Gohourou.

Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, a également demandé ce mardi à la communauté internationale d’apporter son aide aux forces onusiennes en Côte d’Ivoire.